Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Le Medef propose la création de conseils d'entreprise

Reuters28/10/2014 à 21:54

* Une proposition inspirée des "Betriebsrat" allemands * Le conseil d'entreprise fusionnerait les IRP actuelles * Les syndicats crient à la provocation (Avec détails, contexte, réactions des syndicats) PARIS, 28 octobre (Reuters) - Le Medef propose de fusionner les instances représentatives du personnel (IRP) au sein d'un unique "conseil d'entreprise" dans les sociétés d'au moins 50 salariés et de simplifier ainsi les obligations découlant des actuels "seuils sociaux". Les syndicats, auxquels la première organisation patronale française a envoyé mardi cette proposition à deux jours de la reprise de négociation sur la modernisation du dialogue social, crient à la provocation. Ce document de travail commun au Medef, à la CGPME et à l'Union professionnelle artisanale (UPA) s'inspire du système allemand des "comités d'entreprise" (Betriebsrat) élus tous les quatre ans et institution clef de la cogestion à l'allemande. Le Medef suggère qu'un conseil d'entreprise élu devienne en France l'instance unique de représentation du personnel dans les sociétés d'au moins 50 salariés si ces derniers en expriment le souhait lors d'une consultation préalable. Cette consultation serait organisée tous les quatre ans, un calendrier calqué sur le rythme des élections professionnelles. Le conseil reprendrait l'ensemble des prérogatives des délégués du personnel et syndicaux, du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) et du comité d'entreprise. Il serait le seul interlocuteur de l'employeur, notamment pour la négociation d'accords. C'est lui qui serait informé régulièrement de la situation économique et financière de l'entreprise et consulté une fois par an sur ses orientations stratégiques, sa gestion, l'organisation du travail, la formation professionnelle, etc. UN SYSTÈME OPTIONNEL Un accord d'entreprise pourrait cependant prévoir que des instances distinctes exercent certaines prérogatives, sauf la négociation, prévoit le projet du Medef. Les salariés pourraient ainsi choisir de maintenir les IRP existantes là où elles fonctionnent, notamment les CHSCT. Faute d'accord des salariés sur un conseil d'entreprise, le Medef propose que s'appliquent des obligations "par défaut", à définir dans un deuxième temps de la négociation. L'organisation patronale justifie sa proposition par la volonté d'aider les PME à surmonter leurs réticences à franchir le seuil de 50 salariés en simplifiant les obligations qui en découlent et d'ouvrir la possibilité de solutions plus adaptées à la réalité du terrain. Elle aurait aussi théoriquement pour effet de réduire le nombre de salariés siégeant dans les IRP. "C'est une proposition un peu inutile dans le contexte", a déclaré à Reuters la numéro deux de la CFDT, Véronique Descacq. "C'est un jeu de posture qui n'est pas de très bon aloi." "Il n'y a rien pour les entreprises de moins de 50 salariés alors que notre souci est d'avoir une représentation pour tous les salariés", a-t-elle ajouté. "Et pour les plus de 50, on ratiboise quasiment tout le code du travail et on explique qu'on doit négocier tout ça dans l'entreprise." "On nous dit que c'est ce qui se passe en Allemagne mais en Allemagne il y a la cogestion", a renchéri le vice-président de la CFTC, Joseph Thouvenel. Il a ironisé sur le "référendum" dont le Medef propose la tenue tous les quatre ans dans l'entreprise sur la mise en place de ce Conseil : "Il faut aller jusqu'au bout et élire aussi tout les quatre ans les chefs d'entreprises." DISPARITION DU SEUIL DE 11 SALARIÉS La négociatrice de Force ouvrière, Marie-Alice Medeuf- Andrieu, a dénoncé une "provocation inacceptable" : "Ce document consiste à déconstruire les IRP, donc le dialogue social." "Nous avons même réfléchi à des scénarios de fusion d'instances", a-t-elle dit à Reuters. "Mais de là à brader le dialogue social comme ça, ce n'est pas possible." Dans la formule proposée par le Medef, le seuil de 11 salariés, qui impose aujourd'hui l'élection de délégués du personnel, disparaît de facto. Les "Betriebsrat" allemands peuvent être mis en place dès cinq salariés, à l'initiative de ces derniers, et sont associés à un grand nombre de décisions dans l'entreprise, dans des domaines énumérés par la loi. Le Medef propose par ailleurs dans son document de faire bénéficier les élus du personnel et les délégués syndicaux d'une "formation de qualité touchant notamment à la compréhension des enjeux économiques et sociaux de l'entreprise" et de valoriser les compétences acquises au cours de leur mandat. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.