Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

GENERALI

14.530EUR
-0.43% 
Ouverture théorique 15.180

IT0000062072 G

MIL données temps différé
Politique d'exécution
  • ouverture

    0.000

  • clôture veille

    14.593

  • + haut

    0.000

  • + bas

    0.000

  • volume

    0

  • valorisation

    22 742 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    18.06.18 / 17:38:45

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • Éligibilité

    -

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

    Créer une alerte sur le cours de la valeur GENERALI

    Fermer
  • + Portefeuille

    Ajouter GENERALI à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter GENERALI à mes listes

    Fermer

France-Le Medef prêt à parler de retraites par capitalisation

Reuters17/02/2015 à 13:16

* Pierre Gattaz dit n'avoir aucun tabou en matière de retraites * Négociations patronat-syndicats sur les complémentaires * Gattaz veut "dépolitiser" le problème de leur financement PARIS, 17 février (Reuters) - Le Medef est prêt à envisager l'instauration de retraites par capitalisation pour remédier aux problèmes de financement du système français par répartition, a déclaré mardi le président du Medef, Pierre Gattaz, au risque de braquer les syndicats. Des propos tenus lors d'une conférence de presse quelques heures avant l'ouverture de négociations entre les partenaires sociaux gestionnaires des retraites complémentaires du secteur privé, menacées par des déficits à répétition. ID:nL5N0VL5HO "On a un vrai problème de financement de la retraite (...) Donc je n'ai aucun tabou, je veux tout mettre sur la table", a déclaré Pierre Gattaz. "Si on ne le fait pas pour des questions de posture ou des questions politiques, on est mort." "S'il faut aller sur la retraite par capitalisation, allons-y, à partir du moment où tout le monde est d'accord." Ces déclarations risquent d'avoir l'effet d'un chiffon rouge sur les syndicats, très attachés au système par répartition. Le chef de la délégation du Medef, Claude Tendil, président de Generali France GASI.MI , vient pour la première fois de l'assurance, ce qui nourrit chez eux un soupçon sur les arrière-pensées de la première organisation patronale française. Pour Pierre Gattaz, "il faut surtout dépolitiser le débat". "Ce n'est pas un problème politique, c'est un problème mathématique", a-t-il expliqué. "Donc il faut regarder ce que nos principaux voisins européens ont fait et s'inspirer des meilleures choses qui ont été faites." Le Medef a cependant une ligne rouge, a-t-il dit : pas question d'augmenter les cotisations qui alimentent les caisses Agirc (celles des cadres) et Arrco, à laquelle sont affiliés la quasi-totalité des salariés du privé. Le secteur financier, assurances en tête, serait le principal bénéficiaire de la mise en place d'un système de retraite par capitalisation du type fonds de pension. RISQUE DE FAILLITE Les mesures correctrices décidées en mars 2013 par les partenaires sociaux n'ont eu qu'un impact marginal sur l'érosion des réserves accumulées par l'Agirc-Arrco entre 1998 et 2008. Ces deux régimes versent à 12 millions de retraités plus de 70 milliards d'euros par an et leur assurent ainsi un complément de revenu représentant entre 25% et 50% de leur pension globale, voire jusqu'aux deux tiers pour des cadres supérieurs. Si rien n'est fait, les réserves de l'Agirc seront épuisées en 2018 et celles de l'Arrco vers 2023-2025. "Il faut que nous soyons réalistes, lucides, pragmatiques et responsables", a dit Pierre Gattaz. "Nous devons faire quelque chose pour éviter que les pensions des cadres baissent de 11%." Les partenaires sociaux ont jusqu'en juin pour trouver une solution. Après l'échec des négociations sur la modernisation du dialogue social, en janvier, des organisations syndicales, dont la CGT et Force ouvrière, ainsi que la CGPME, côté patronal, veulent poser la question de la méthode dès mardi. Est notamment en cause la question du lieu de ce type de négociations interprofessionnelles nationales, qui se déroulent traditionnellement au siège du Medef. Pierre Gattaz s'est dit prêt à en discuter mais a jugé le sujet secondaire. Selon un sondage Odoxa pour Les Echos, 55% des Français estiment que l'Agirc et l'Arrco pourraient faire faillite dans les quatre ou cinq ans à venir. Mais 85% refusent de baisser le montant des pensions des retraités actuels pour les sauver, 82% refusent une telle baisse pour les futurs retraités, 64% jugent inacceptable une hausse des cotisations des salariés et 56% rejettent l'idée d'un report de l'âge auquel on peut toucher sa pension sans décote. Autant de pistes de la "boîte à outils" dans laquelle syndicats et patronat sont censés puiser. ID:nL5N0VN40F (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Valeurs associées

-0.43%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.