Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Le Medef lâche un peu de lest sur les retraites

Reuters16/10/2015 à 12:23

* Le Medef propose un système de bonus-malus * Il vise à retarder le départ effectif à la retraite * Le Medef est prêt en contrepartie à une hausse de cotisation par Emmanuel Jarry PARIS, 16 octobre (Reuters) - Les organisations patronales ont lâché un peu de lest vendredi à l'ouverture des négociations sur le financement des retraites complémentaires des salariés du privé pour tenter de sortir ces discussions de l'impasse où elles menacent de s'enliser. Le Medef maintient sa volonté d'inciter les salariés à retarder leur départ à la retraite pour rééquilibrer les comptes des caisses Agirc et Arrco, dont les réserves menacent de s'épuiser dans les prochaines années si rien n'est fait. Mais le mécanisme de bonus-malus qu'il a mis sur la table vendredi matin est en apparence moins pénalisant que celui qu'il proposait ces dernières semaines en discussions bilatérales. "Au lieu d'avoir un système uniquement et fortement basé sur l'âge, nous avons proposé un système basé sur l'ensemble des conditions du régime général, c'est-à-dire à la fois l'âge et la durée de cotisation", a expliqué à la presse un membre de la délégation patronale. A partir de 2019 et de la génération 1957, les salariés remplissant les conditions de départ à la retraite du régime général, c'est-à-dire 62 ans et 41,5 années de cotisation, se verraient ainsi appliquer, en cas d'arrêt immédiat de leur activité, un malus provisoire sur leur pension complémentaire. Cette décote serait de 15% la première année, 12% la deuxième et 10% la troisième, au lieu de 25% à 62 ans et 15% à 64 ans dans une précédente version. Si ces salariés acceptaient de travailler un an de plus ou justifiaient de quatre trimestres de cotisation supplémentaires, ils seraient exonérés de malus. Ils bénéficieraient d'un bonus de 10% pour deux ans de plus en activité ou huit trimestres supplémentaires de cotisation, de 20% pour trois années (ou 12 trimestres) et de 30% pour quatre années (ou 16 trimestres). Les futurs retraités exonérés de Contribution sociale généralisée (CSG) ou assujettis à la CSG réduite, soit environ 29% des salariés, seraient exonérés de malus. Dans la version précédente du système de bonus-malus proposé par le Medef, la décote s'annulait à 64 ans et la surcote était, sur une année, de 15% pour un départ à 65 ans et 25% à 66 ans. SYNDICATS DUBITATIFS En échange d'un éventuel accord avec les syndicats, les organisations patronales acceptent de leur côté d'envisager une légère augmentation des cotisations employeurs, qui pourrait rapporter plusieurs centaines de millions d'euros. Cette augmentation serait cependant compensée à hauteur de près de 70% par une baisse des cotisations patronales à la branche accidents du travail et maladies professionnelles (ATMP) de la Sécurité sociale, censée être en excédent structurel à compter de 2017, précise la délégation du Medef. Parmi d'autres propositions, dont certaines à court terme, comme une moindre revalorisation des pensions pendant trois ans, l'organisation patronale maintient par ailleurs l'idée d'une fusion des caisses de retraites complémentaires des salariés, l'Agirc (le régime des cadres) et l'Arrco. Mais il propose en échange des négociations nationales interprofessionnelles et dans les branches sur le statut de l'encadrement, ce que demandent les syndicats CFE-CGC et CFDT. "On est encore assez loin du compte mais ça commence à bouger", a estimé le négociateur de la CFDT Jean-Louis Malys lors d'une suspension de séance. La négociatrice de la CFTC, Pascale Coton, qui était prête à son arrivée au siège du Medef à envisager un abattement de 10% pendant deux ans pour les retraités cessant leur activité dès les conditions minimum légales remplies, a également fait état d'une avancée, mais "pas suffisamment significative". Son homologue de la CGT, Eric Aubin, a de nouveau dénoncé la logique même des propositions patronales visant à repousser l'âge effectif de départ à la retraite. Il a notamment estimé que le système de bonus-malus proposé par le Medef, la CGPME et l'Union professionnelle artisanale (UPA) pénalisait particulièrement les femmes et les chômeurs et il a jugé insuffisante l'augmentation de cotisation envisagée. "On voit que le patronat essaye de bouger quelque peu mais les effets sont exactement les mêmes", a-t-il déclaré. (Edité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.