Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Le Medef juge la réforme du marché du travail en marche

Reuters27/03/2015 à 19:23

* Le Medef demande plus de flexibilité * Il souhaite étendre les négociations d'entreprise PARIS, 27 mars (Reuters) - Habituellement avare de compliments vis-à-vis de l'exécutif, le Medef juge la réforme du marché français du travail en marche mais l'organisation patronale en demande plus, dans un document transmis aux syndicats sur le bilan des accords sociaux nationaux. Ce document de 100 pages est censé préparer une conférence qui réunira le 3 avril gouvernement et partenaires sociaux pour tirer les leçons de la mise en oeuvre de l'accord du 11 janvier 2013 sur la sécurisation de l'emploi. Le Medef étend ce bilan à l'accord du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché du travail. "Un regard objectif ne peut que se rendre à l'évidence : la France n'est pas immobile", en conclut l'organisation patronale. "Elle a entamé (...) une mutation profonde de son modèle social, refondé sur davantage de flexibilité pour les entreprises et des droits nouveaux (...) pour les salariés." Le Medef cite les ruptures conventionnelles de contrat de travail -- environ 300.000 par an -- la refonte des règles du licenciement collectif, qui a permis selon lui de "diviser par quatre" le taux de recours contentieux, la réforme du chômage partiel, l'introduction de "droits rechargeables" pour les demandeurs d'emploi ou du compte personnel de formation. Il n'en juge pas moins cette mutation "beaucoup trop lente pour stopper le décrochage économique" de la France. "Il faut aller beaucoup plus loin et sans attendre", ajoute l'organisation patronale, tout en admettant que la réforme du marché du travail ne suffira pas à faire reculer le chômage. Il demande l'élargissement de la négociation d'entreprise, en particulier sur les salaires et le temps de travail. La loi découlant de l'accord du 11 janvier 2013 a mis en place les accords de maintien dans l'emploi destinés à aider les entreprises à faire face à une situation économique difficile en jouant sur ces paramètres pendant une durée limitée. "ACCORDS OFFENSIFS" Le Medef propose de transformer ces accords défensifs en "accords de compétitivité offensifs", en supprimant la condition relative aux difficultés conjoncturelles. Cela permettrait, selon lui, à des entreprises de "dynamiser leur compétitivité afin de conquérir de nouveaux marchés". Il propose aussi d'introduire dans le contrat de travail des "motifs incontestables de rupture", comme l'évolution du volume global d'un marché, la baisse du chiffre d'affaire au-delà d'un certain seuil ou la perte d'un marché. "Si l'une de ces causes de rupture intervient lors de l'exécution du contrat de travail, l'employeur peut l'invoquer pour justifier le licenciement d'un salarié", explique-t-il. Il suggère aussi la généralisation du contrat de projet, qui existe déjà dans le BTP -- le contrat prend fin à l'achèvement du projet défini pour lequel le salarié a été embauché. En matière d'indemnités de licenciement, il propose d'introduire un barème éteignant toute contestation en justice. Le Medef déplore enfin une "déformation" par le Parlement des accords conclus par les partenaires sociaux lors de leur transposition dans la loi. "Ces écarts, motivés le plus souvent par des considérations étrangères à l'intérêt des salariés et des entreprises, ont la plupart du temps porté atteinte à l'efficacité des dispositifs imaginés par les partenaires sociaux, allant parfois même jusqu'à les vider de leur sens", écrit-il. Il en conclut que c'est une leçon à méditer par les organisations syndicales et patronales, allusion à l'échec des négociations sur la modernisation du dialogue social qui a conduit le gouvernement à reprendre la main sur ce dossier. Selon le ministère du Travail, le projet de loi sur la modernisation du dialogue social devrait être présenté au conseil des ministres le 15 ou le 22 avril pour un examen par l'Assemblée nationale fin mai. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.