Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Le HCFP juge "plausible" une croissance de 1,5% en 2017

Reuters12/04/2017 à 08:22
    * Une croissance de 1,5% du PIB en 2017 jugée "plausible" 
    * Nouvelles réserves sur le déficit structurel 
    * Le nouveau scénario 2018-2020 "plus prudent" 
 
    PARIS, 12 avril (Reuters) - L'objectif d'une croissance de 
1,5% de l'économie française maintenu par le gouvernement pour 
2017 reste vraisemblable, estime mercredi le Haut conseil des 
finances publiques (HCFP), qui réitère cependant ses critiques 
sur la sous-estimation récurrente du déficit structurel.  
   "Au regard des enquêtes de conjoncture favorables et de 
l'amélioration de la croissance mondiale", la prévision d'une 
progression de 1,5% du produit intérieur brut (PIB) cette année 
"reste plausible, même si certaines données d'activité de 
l'économie française sont décevantes en début d'année", souligne 
le HCFP dans son avis sur le projet de programme de stabilité 
pour la période 2017-2020 présenté mercredi en conseil des 
ministres.  
    Le Haut conseil souligne cependant que cette prévision "est 
légèrement supérieure à la plupart des prévisions disponibles", 
alors que les anticipations de la Banque de France et des 
grandes institutions internationales s'échelonnent entre 1,3% et 
1,4%.  
    Le HCFP se montre par ailleurs, comme dans ses précédents 
avis, plus sévère sur les hypothèses d'écart de production et de 
croissance potentielle retenues par le gouvernement. 
    Des hypothèses de croissance potentielle "toujours nettement 
supérieures" aux estimations des organisations internationales 
ont contribué à entretenir l'hypothèse d'un écart de production 
"peu vraisemblable" dont la surestimation se traduit par une 
minoration de la composante structurelle du déficit public, 
relève-t-il.  
    "Cette sous-estimation du déficit structurel minimise 
l'effort à engager pour atteindre l'équilibre des finances 
publiques à moyen terme", souligne le HCFP, mettant une nouvelle 
fois l'accent sur la réduction du déficit structurel, source de 
débats récurrents entre Paris et Bruxelles.  
     
    "RISQUES IMPORTANTS"  
    Alors que le gouvernement a relevé dans le programme de 
stabilité sa prévision de déficit public à 2,8% du PIB fin 2017, 
contre 2,7% auparavant, le HCFP souligne que "les dernières 
informations budgétaires et mesures communiquées par les 
administrations ne modifient pas l'appréciation critique" 
formulée dans son avis de septembre dernier.  
    Il avait alors qualifié également d'"incertain" le retour du 
déficit public sous le seuil de 3% du PIB l'an prochain, jugeant 
cette prévision fragilisée par les prévisions de dépenses mais 
aussi de recettes du budget 2017.   
    Dans ce nouvel avis, le HCFP rappelle une nouvelle fois que 
"des risques importants pèsent sur la réalisation des objectifs 
de déficit public, structurel et effectif, pour 2017."  
    Il relève en revanche que la révision à la baisse des 
hypothèses de croissance du PIB et d'inflation pour la période 
2018-2020 par rapport à la précédente édition du programme de 
stabilité, constitue un "scénario, plus prudent (qui) peut 
constituer une base raisonnable pour la construction de 
trajectoires de finances publiques." 
    Le gouvernement prévoit désormais une croissance de 1,5% en 
2018, de 1,6% en 2019 et de 1,7% en 2020 (contre 1,75% en 2018 
et 1,9% en 2019 l'an dernier).      
    Le programme de stabilité pour la période 2017-2020 reste 
largement symbolique, puisque la trajectoire des finances 
publiques pour les prochaines années sera fixée par l'exécutif 
désigné par l'élection présidentielle d'avril-mai et les 
législatives de juin.  
 
 (Myriam Rivet, édité par Marine Pennetier) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.