1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Le gouvernement veut supprimer les retraites chapeau
Reuters18/11/2014 à 22:01


(Actualisé avec réaction du Medef) PARIS, 18 novembre (Reuters) - Le gouvernement veut supprimer les "retraites chapeau", des compléments de retraites dont bénéficient certains dirigeants d'entreprise, a annoncé mardi le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron. "Nous devons avoir une politique plus dure", a-t-il dit, alors qu'il était interrogé sur la retraite chapeau de l'ancien PDG de France Télécom ORAN.PA , Didier Lombard, lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. "J'ai demandé avec (le ministre des Finances) Michel Sapin qu'une mission de l'Inspection générale des finances soit faite pour que, en lien avec les services de (la ministre des Affaires sociales) Marisol Touraine, nous puissions trouver une vraie solution pour supprimer les retraites chapeau et les remplacer par un régime de droit commun", a-t-il dit. Le Medef a estimé dans la soirée que la suppression des retraites chapeau ne voudrait "rien dire" et estimé que les abus, s'il y en avait, étaient très rares. "Je ne pense pas que ça soit légal puisque chaque entreprise peut rémunérer comme elle l'entend, c'est à la fiscalité de gérer ça", a dit le vice-président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, sur LCI. "Il y a un code qui a été mis en place, le code Afep-Medef, qui maintenant plafonne en pourcentage du salaire cette retraite", a-t-il dit en référence au code de gouvernement des sociétés cotées. "Il y a une très forte taxation qui a été ajoutée, des cotisations sociales, des impôts, donc il faut qu'on s'arrête là." "On ne gère pas une société sur des abus. Si on fait la loi pour les 0,01% qui abusent (..., c'est une manière de gérer une société qui est absurde", a-t-il insisté. Le ministre de l'Economie a rappelé pour sa part que l'Etat avait systématiquement voté contre "toutes les rémunérations chapeau" dans les conseils d'administration dans lesquels il est présent, ainsi que dans les assemblées générales d'actionnaires. Philippe Varin, ancien dirigeant de PSA Peugeot Citroën PEUP.PA , avait renoncé l'an dernier à bénéficier de sa retraite chapeau qui avait fait polémique au moment où le groupe automobile rencontrait de grandes difficultés. Plus récemment, Emmanuel Macron s'était ému du montant de la retraite chapeau de Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez GSZ.PA , dont l'Etat est actionnaire, sans revenir sur une décision qui avait été validée dans le passé par l'Etat. (Jean-Baptiste Vey et Gregory Blachier)

Valeurs associées

Euronext Paris +1.35%
Euronext Paris +0.23%
Euronext Paris +0.78%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer