1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Le gouvernement pressé de couper plus dans ses dépenses

Reuters11/09/2014 à 20:31

* "C'est l'heure du sursaut ou du déclin", dit Noyer * La BdF demande de couper "hardiment" dans les dépenses * Des gisements d'économies identifiés par la Cour des comptes (Actualisé avec contexte, déclarations) PARIS, 11 septembre (Reuters) - Le gouverneur de la Banque de France a pressé jeudi le gouvernement de couper davantage dans les dépenses publiques après l'annonce d'un sérieux dérapage du déficit, ce qu'il refuse pour l'instant d'envisager même si la faiblesse de l'inflation menace son plan d'économies. Le ministre des Finances, Michel Sapin, a annoncé mercredi que le déficit public augmenterait cette année à 4,4% du PIB contre 4,1% en 2013, après quatre ans de baisse. Il reculerait à peine l'an prochain, à 4,3%, et ne reviendrait pas sous la limite européenne de 3% d'ici l'élection présidentielle de 2017, au lieu de 2015, en violation des engagements pris auprès des partenaires européens de la France. "C'est l'heure du sursaut ou du déclin", a déclaré jeudi Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, sur Europe 1. "Il faut couper hardiment dans les dépenses, on y va beaucoup trop timidement." Le gouvernement s'est fixé pour but un effort de 50 milliards d'euros sur les dépenses publiques sur la période 2015-2017, soit l'équivalent de 4% du total de celles-ci. Mais ces économies sont en partie théoriques car mesurées par rapport à une hausse "tendancielle" des dépenses calculée par Bercy sur la base d'un rythme d'inflation beaucoup plus élevé qu'aujourd'hui. La Cour des comptes a estimé ainsi en juin que ces 50 milliards d'euros d'économies signifiaient que les dépenses de l'Etat, des collectivités locales et de la Sécurité sociale augmenteraient de 62 milliards d'euros sur 2015-2017 au lieu de 112 milliards. LES CRÉATIONS DE POSTES CONFIRMÉES Le plus gros effort est prévu pour 2015, avec 21 milliards d'euros, un montant confirmé mercredi par Michel Sapin qui avait laissé entendre le contraire la semaine passée en invoquant l'impact de la faiblesse de l'inflation. Cela signifie que, en plus de ce qui est déjà programmé, le gouvernement devra trouver encore deux milliards d'euros d'économies pour boucler ses projets de budget de l'Etat et de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015. Pour Christian Noyer, il faut aller plus loin, les économies réalisables sans pénaliser la croissance étant nombreuses. "Il y a des gisements d'économies très importants", a-t-il déclaré jeudi, évoquant les multiples rapports de la Cour des comptes qui proposent des milliards d'euros d'économies dans tous les domaines. Dans son dernier rapport sur les finances publiques, la Cour s'intéressait à trois postes de dépenses dont elle juge la maîtrise prioritaire : la masse salariale, les dépenses d'assurance maladie et celles des collectivités. Certaines de ses propositions se heurtent cependant aux choix de François Hollande, qui a mis fin à la politique de réduction du nombre de fonctionnaires, un important gisement potentiel d'économies, comme promis pendant sa campagne. Le Premier ministre, Manuel Valls, a confirmé jeudi que le gouvernement ne renoncerait pas aux 60.000 créations d'emplois prévues dans la fonction publique d'Etat, même si elles se feront dans le cadre d'une stabilité globale des effectifs. DES ÉCONOMIES, MAIS PAS D'AUSTÉRITÉ "Les postes d'enseignants que nous souhaitions créer, nous allons continuer de les créer, les postes de policiers et de gendarmes nécessaires pour la sécurité de notre pays, nous allons les créer, les postes pour la justice (...) nous allons les créer", a-t-il dit. "Nous continuerons à faire des économies, sans qu'elles correspondent à de l'austérité et sans qu'elles puissent brider les possibilités de reprise et donc de croissance." Le gouvernement, qui présentera le 1er octobre son projet de budget de l'Etat pour 2015 et la semaine suivante son projet de budget de la Sécurité sociale, pourra puiser des idées dans le rapport annuel de la Cour des comptes sur la Sécurité sociale qui sera présenté mercredi. Son premier président, l'ancien député socialiste Didier Migaud, avait dit l'an dernier qu'"à tous les niveaux des dépenses sociales, des économies peuvent être faites sans remettre en cause notre modèle social ni prendre les mesures drastiques d'austérité que d'autres pays ont mis en oeuvre". Le gouvernement lui avait alors répondu qu'il "ne peut que souscrire au constat de la Cour lorsque celle-ci considère que le déséquilibre des comptes sociaux est une anomalie qu'il convient de corriger au plus vite". Le niveau des dépenses publiques a augmenté en France l'an dernier pour s'établir à 57,1% du PIB, le niveau le plus élevé mesuré depuis plus de 50 ans, alors qu'il a baissé en moyenne dans la zone euro et dans l'Union européenne. (Jean-Baptiste Vey et Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    12 septembre09:36

    Le niveau des dépenses publiques a augmenté en France l'an dernier pour s'établir à 57,1% du PIB, le niveau le plus élevé mesuré depuis plus de 50 ans, alors qu'il a baissé en moyenne dans la zone euro et dans l'Union européenne???...On a donc un énorme problème en France, doublé par incompétence et incurie de ce Gvt trompette...Ce sont des fous furieux et irrésponsables...Il faut réveiller la Veuve Guillotin et lui faire reprendre du service !!!...

    Signaler un abus

  • cavalair
    11 septembre19:07

    On est pratiquement en faillite et l'espagnol parle encore d'embocher 60000 enseignants

    Signaler un abus

  • janaliz
    11 septembre18:27

    Quand le cyclotouriste et son assesseur aux courbes virevoltantes seront sous la tutelle de Bruxelles ils iront s'expliquer sur la nécessité de faire encore grossir le mammouth...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.