Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-La loi Travail adoptée par l'Assemblée

Reuters06/07/2016 à 16:44
 (Actualise Front de gauche, signataires) 
    PARIS, 6 juillet (Reuters) - Le projet de loi Travail a été 
adopté mercredi en nouvelle lecture par l'Assemblée nationale, 
les opposants de gauche ayant échoué à réunir le nombre de 
députés nécessaires pour déposer une motion de censure du 
gouvernement de Manuel Valls. 
    Faute d'une majorité assurée, le Premier ministre avait une 
nouvelle fois engagé mardi la responsabilité de son gouvernement 
en vertu de l'article 49-3 de la Constitution. (voir 
  et, pour le contenu du texte,  ) 
    Les opposants à la réforme disposaient d'un délai de 24 
heures pour déposer une motion de censure. L'opposition de 
droite, contrairement à ce qu'elle avait fait lors de la 
première lecture du texte à la mi-mai, a décidé de ne pas en 
déposer cette fois-ci. 
    Quant à "la gauche de la gauche", qui rassemble le Front de 
gauche, des écologistes, des "frondeurs" socialistes et quelques 
divers gauche, elle n'a pu rassembler les 58 signatures de 
députés nécessaires pour pouvoir déposer une "motion de censure 
progressiste". 
    Seuls 56 députés ont apporté cette fois-ci leur paraphe à 
cette motion, comme en mai lors de la première lecture du projet 
de loi présenté par Myriam El Khomri, la ministre du Travail. 
    "Une nouvelle fois, nous nous sommes battus contre le 
cynisme, les pressions (...) et la loi Travail, 56 députés de 
toute la gauche nous ont accompagnés dans cette démarche", a dit 
le chef de fil des "frondeurs" socialistes, Christian Paul. 
    Dans un communiqué, le Front de gauche regrette "que les 
députés socialistes qui disaient s'opposer au texte ou même à la 
brutalité gouvernementale n'aient pas saisi ce seul levier 
institutionnel pour mettre un terme au mépris affiché par le 
gouvernement envers le peuple et ses représentants". 
     
    RECOURS AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL 
    Les députés du Front de gauche, poursuit le communiqué, 
"utiliseront tous les moyens institutionnels pour obtenir le 
retrait de ce texte (comme le recours au Conseil 
constitutionnel) et en appellent à la poursuite de la 
mobilisation, sans laquelle rien n'est possible". 
    Plusieurs frondeurs ont refusé cette fois de tenter de 
censurer le gouvernement. L'approche, dans neuf mois, des  
élections présidentielle et législatives en a, semble-t-il, 
dissuadé plusieurs. 
    La direction du PS avait averti que les signataires d'une 
motion de censure votée seraient exclus du parti et ne 
pourraient donc pas obtenir leur investiture. 
    Les dix députés écologistes proches de Cécile Duflot ont 
signé cette motion de même que les dix députés du Front de 
gauche et trois apparentés ultramarins. Une dizaine de divers 
gauche non-inscrits, pour la plus plupart des anciens PS, l'ont 
également voté, ainsi qu'une vingtaine de députés socialistes. 
    Aucune motion de censure n'ayant été déposée dans le délai 
imparti, le projet de loi est considéré comme adopté et sera 
transmis au Sénat. 
    La haute assemblée l'examinera le 13 juillet en commission  
et le 18 en séance publique. La majorité de droite déposera et 
fera voter une motion de procédure qui abrégera l'examen du 
texte et entraînera son rejet. 
    L'Assemblée procèdera le 20 juillet à la lecture définitive 
du texte. A quelques heures de la pause estivale, le projet de 
loi devrait être voté par une poignée de députés encore présents 
dans l'hémicycle, sans 49-3 et donc sans motion de censure. 
 
 (Emile Picy, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.