Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-La commission d'enquête fustige le CSA sur la chaîne 23

Reuters14/12/2016 à 19:03
    * Les députés LR refusent de voter le rapport 
    * Mise en garde mercredi du CSA à la chaîne 
 
    PARIS, 14 décembre (Reuters) - Le Conseil supérieur de 
l'audiovisuel (CSA) a été "pour le moins complaisant" sur les 
conditions d'octroi d'une fréquence et de revente de la chaîne 
de TV Numéro 23, estime une commission d'enquête parlementaire 
dans un rapport publié mercredi. 
    "Des éléments concordants montrent que le CSA a été pour le 
moins complaisant en affectant la chaîne 23 à M. Houzelot", a 
dit le député socialiste Marcel Rogement, son rapporteur, lors 
d'une conférence de presse. 
    Le président de la commission, Christian Kert (Les 
Républicains), et la majorité des membres LR de celle-ci, ont 
voté contre le rapport, dénonçant son "caractère volontairement 
à charge" et "pétri de dogmatisme". 
    Le député LR Bernard Debré a toutefois voté pour le rapport 
et, lors de sa présentation aux côtés de Marcel Rogement, a 
dénoncé lui aussi "la façon d'agir critiquable du CSA". 
    "En définitive, ce que révèle le 'dossier Numéro 23' est 
autant les agissements de personnes habiles à se saisir d'un 
thème porteur pour obtenir, exploiter puis vendre un service de 
télévision, dans un contexte de rareté des fréquences 
disponibles, que les limites d'un système de régulation qui a 
été impuissant à préserver l'intérêt général", écrit Marcel 
Rogement dans son rapport de 150 pages. 
    "Cette impuissance n'est pas due à l'absence d'outils 
législatifs, dont le législateur a abondamment doté le CSA, mais 
à la réticence de celui-ci à s'en saisir pour exercer les 
missions de régulation qui lui ont été confiées", ajoute-t-il. 
     
    MISE EN GARDE DU CSA 
    La présentation de ce rapport intervient le jour même où le 
CSA a adressé une mise en garde à la chaîne Numéro 23, estimant 
que celle-ci n'a pas respecté en 2015 ses obligations en ce qui 
concerne les programmes qui doivent, selon le cahier des 
charges, être consacrés à la diversité. 
    En juillet 2012, le CSA avait attribué gratuitement six 
nouvelles chaînes de la TNT dont une à la société Diversité 
France, éditrice de Numéro 23, avec une interdiction de la 
revendre avant deux ans et demi. 
    Le CSA était à l'époque présidé par Michel Boyon qui avait 
été nommé à ce poste alors que Nicolas Sarkozy était à l'Elysée. 
Olivier Schrameck, nommé par François Hollande, lui a succédé en 
janvier 2013 à la tête de cette instance. 
    En mai 2013, les propriétaires de la chaîne avaient noué un 
pacte d'actionnaires avec un investisseur russe dans le but de 
la revendre. 
    En avril 2015, le principal actionnaire de la chaîne, Pascal 
Houzelot, avait failli céder la chaîne au groupe Nextradio TV 
pour la somme de 88 millions d'euros. 
    Mais en octobre 2015 le CSA avait abrogé l'autorisation 
d'émettre de la chaîne, estimant que ses propriétaires s'étaient 
rendus coupables "d'abus de droit à caractère frauduleux". 
    Le 30 mars 2016, le Conseil d'Etat, saisi par la chaîne, a 
annulé cette décision du CSA. Dans un entretien au Monde, le 
propriétaire de Numéro 23, Pascal Houzelot, a annoncé moins de 
15 jours plus tard le rachat par NexRadioTV d'une participation 
de 39% dans le capital de la chaîne. 
    Marcel Rogemont a proposé neuf mesures, regroupées dans une 
proposition de loi, dont une vise à modifier la loi de septembre 
1986 relative à la liberté de communication dans le but de 
renforcer les grandes lignes des obligations déontologiques des 
membres du CSA.    
 
 (Emile Picy, édité par Yves Clarisse) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.