Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-L'UMP propose un arsenal de mesures antiterroristes

Reuters14/01/2015 à 21:10

PARIS, 14 janvier (Reuters) - L'UMP a proposé mercredi, une semaine après l'attentat contre Charlie Hebdo, une série de mesures pour renforcer l'arsenal sécuritaire français, notamment le rétablissement de la mesure d'indignité nationale pour les Français, non binationaux, condamnés pour des actes de terrorisme. Nicolas Sarkozy, pour qui l'unité nationale "ne doit pas empêcher la lucidité", avait avancé dès lundi des pistes, comme l'interdiction administrative du retour des djihadistes étrangers et français binationaux sur le territoire national, mesure reprise dans la liste de 12 mesures diffusée mercredi. Face aux discordances à l'UMP sur la riposte aux tueries de la semaine dernière, l'ancien chef de l'Etat a défini une ligne commune pour réaffirmer son autorité sur ses troupes. Il a réuni notamment mercredi matin les anciens ministres de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie, Brice Hortefeux et Claude Guéant, ainsi que des parlementaires, comme les députés Eric Ciotti, président de la commission d'enquête sur la surveillance des filières et individus djihadistes, et Guillaume Larrivé, auteur d'un rapport sur la radicalisation islamiste en prison. L'idée d'un "Patriot Act" à la française, loi antiterroriste adoptée en 2001 aux Etats-Unis après les attentats du 11-Septembre, est écartée. Défendue notamment par Valérie Pécresse et Eric Ciotti, elle était désapprouvée par François Fillon ou les proches d'Alain Juppé. Au nombre des propositions arrêtées par la commission exécutive figurent le "retrait ou la déchéance de la nationalité française pour les terroristes binationaux" et le rétablissement de la mesure d'indignité nationale, une infraction pénale créée en août 1944 et utilisée au plus fort de l'épuration. La peine d'indignité nationale pour les non-binationaux serait assortie d'"une peine de dégradation nationale emportant la privation des droits civiques, civils et politiques". CENTRES DE "DÉRADICALISATION" Le député UMP Philippe Meunier avait porté une proposition de loi en ce sens en novembre dernier, lors de l'examen du projet de loi de lutte contre le terrorisme, mais le texte avait été écarté par la commission des Lois de l'Assemblée. "Quand on n'est pas binational, on ne peut pas être déchu de la nationalité française puisqu'on n'a pas le droit de rendre un citoyen apatride. Mais il faut une condamnation sévère et très symbolique, l'indignité nationale", explique l'élu. Il a réitéré sa proposition mercredi à l'Assemblée. Le ministre de l'Intérieur a rappelé l'article 25 du Code civil prévoyant la déchéance de la nationalité française pour toute personne condamnée, notamment, pour "atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation". Bernard Cazeneuve a précisé que cette mesure avait été mise en oeuvre récemment pour "une personne qui avait fait l'objet de condamnations dans le cadre d'opérations terroristes". L'UMP prône par ailleurs d'élargir la rétention de sûreté, créée en 2008, aux actes terroristes. Elle suggère la création en prison de centres de "déradicalisation" pour les djihadistes condamnés, la fouille systématique pour les détenus radicalisés, la création de places de prison supplémentaires. Le parti souhaite la création d'une infraction spécifique pour la consultation "habituelle et sans motif légitime" des sites internet appelant au terrorisme, l'accélération des procédures d'expulsion de personnes faisant l'apologie du djihad, la mise en place d'un plan national et européen de lutte contre le trafic d'armes. L'UMP juge nécessaire une réforme de l'espace Schengen "pour améliorer les contrôles aux frontières et les échanges d'information". (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.