Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-L'Insee confirme une croissance nulle au 2e trimestre

Reuters 23/09/2015 à 11:17

* Un trimestre plombé par le déstockage des entreprises * L'Insee revoit en hausse l'acquis de croissance pour 2015 * Sapin se félicite d'un rythme de croissance au-dessus de 1% (Actualisé avec déclaration Sapin) PARIS, 23 septembre (Reuters) - L'économie française a bien stagné au deuxième trimestre sous l'effet notamment d'une stabilisation de la consommation des ménages et d'un déstockage important des entreprises, a confirmé mercredi l'Insee. Mais l'institut a aussi confirmé le rebond de 0,7% du produit intérieur brut au premier trimestre, qui crédibilise les objectifs du gouvernement. L'acquis de croissance pour 2015, à savoir le niveau de l'ensemble de l'année si le PIB des deux derniers trimestres ne bougeait pas, est relevé à +0,9% au 30 juin. Il avait été estimé précédemment à +0,8% mais l'Insee a revu à la hausse, dans la séquence des périodes passées, la performance du troisième trimestre 2014 à +0,3% (contre +0,2% auparavant). "L'Insee confirme que la reprise est à l'oeuvre", a indiqué le ministre des Finances Michel Sapin dans une déclaration transmise à Reuters. Il a souligné que le rythme de croissance de l'économie française en glissement annuel atteignait aujourd'hui 1,1%, un niveau qu'il n'avait pas atteint depuis le printemps 2013. Le gouvernement a réaffirmé la semaine passée qu'il tablait sur un taux de croissance de 1,0% cette année avant 1,5% en 2016, des prévisions prudentes conformes au consensus des économistes. Le ministre s'est également félicité que l'Insee ait revu en légère baisse, à 3,9%, le niveau du déficit public rapporté au PIB à fin 2014. Alors que le gouvernement vise 3,8% fin 2015 puis 3,3% en 2016, "ceci conforte notre capacité à tenir les cibles que nous nous sommes données", a-t-il dit. LE POUVOIR D'ACHAT DES MÉNAGES EN LÉGÈRE BAISSE Ce ratio est toutefois monté à 4,1% à fin juin et les déficits publics se sont encore accrus de 42,9 milliards d'euros au premier semestre. Par rapport aux premières données publiées à la mi-août, l'Insee a revu en hausse la contribution du commerce extérieur à la croissance du 2e trimestre (0,4 point contre 0,3 point) et en baisse celle de la variation des stocks des entreprises (-0,5 après -0,4 point) qui explique à elle seule la différence entre les PIB des premier et deuxième trimestres. Celle de la demande intérieure finale reste à 0,1 point. Dans le détail, les dépenses de consommation des ménages ont stagné alors qu'elles avaient bondi de 0,9% au premier trimestre. L'investissement global s'est contracté de 0,2%, toujours plombé par le secteur de la construction. Celui des seules entreprises a progressé de 0,3%, soit là encore moins qu'au premier trimestre (+0,6%). Mais son niveau atteint un plus haut depuis l'été 2008. Le pouvoir d'achat des ménages s'est effrité (-0,1%) du fait notamment d'une inflation en légère hausse et leur taux d'épargne des ménages est resté stable à 15,2%. Du côté des entreprises, le taux de marge s'est tassé (-0,1 point à 31,1%), après sa forte hausse du premier trimestre dont la marque a été relevée (31,2% contre 31,1% précédemment). Pour Michel Sapin, le crédit d'impôt compétitivité emploi et le pacte de responsabilité fonctionnent, "la chute continue des marges des entreprises depuis la crise est endiguée et les deux tiers du chemin ont été repris." Statistiques détaillées sur le site de l'Insee : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=28&date=20150923 Les indicateurs français en temps réel ECONFR Les indicateurs de la zone euro en temps réel ECONEZ Le point sur la conjoncture française ECO/FR (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.