Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

AIRBUS

94.97EUR
-1.80% 
Ouverture théorique 94.97
indice de référence CAC 40

NL0000235190 AIR

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    95.78

  • clôture veille

    96.71

  • + haut

    96.03

  • + bas

    92.82

  • volume

    2 341 877

  • valorisation

    73 549 MEUR

  • capital échangé

    0.30%

  • dernier échange

    25.04.18 / 17:36:25

  • Indice de référence

    CAC 40

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    89.28

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    100.66

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter AIRBUS à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter AIRBUS à mes listes

    Fermer

France-L'armée de l'air essuie les plâtres avec l'A400M

Reuters10/12/2014 à 17:43

PARIS, 10 décembre (Reuters) - L'armée de l'air française n'a pas encore atteint le niveau de maturité souhaité pour l'A400M d'Airbus AIR.PA , l'avion de transport européen entièrement neuf dont elle est le premier client, a déclaré mercredi son chef d'état-major. L'A400M, développé par la France, la Belgique, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, le Luxembourg, l'Espagne et la Turquie a coûté plus de 20 milliards d'euros et compte 170 commandes, dont 50 pour Paris. ID:nL6N0O6476 La France, qui a réceptionné son premier exemplaire à l'été 2013, prendra livraison du sixième ce mois-ci. "Tout est neuf dans cet avion : moteurs, avioniques, gestion du cargo, tout est innovation", a expliqué le général Denis Mercier lors d'une rencontre organisée par l'Association des journalistes de défense (AJD). "Quand qu'on est les premiers à mettre cela en oeuvre, rien n'est facile. Aujourd'hui on essuie les plâtres", a-t-il ajouté. La Turquie et la Grande-Bretagne ont également réceptionné leur premier exemplaire, respectivement en avril et en novembre. Airbus Group a fait savoir à la mi-novembre qu'il finaliserait des "mesures correctives" pour l'A400M début 2015, lors de la publication de ses résultats 2014, citant des difficultés liées à la montée en cadence du programme et aux demandes des clients lors des livraisons. ID:nL6N0T40HU "Il va falloir encore un peu de temps pour que l'avion ait le niveau de maturité qu'on espère", a ajouté le général Mercier. "Aujourd'hui, le taux de disponibilité n'est pas suffisant, mais on a une vision claire de ce qu'on peut faire et on y travaille d'arrache-pied avec Airbus." Les cinq avions utilisés par l'armée ont tous des différences, ce qui complique la maintenance, mais fonctionnent bien, les problèmes de moteur connus lors du développement étant désormais "derrière nous", a-t-il précisé à Reuters. A400M AMÉLIORÉS EN 2015 L'A400M, que ses pilotes qualifient d'"avion bien né", remplace avantageusement le Transall C-160 dont certains exemplaires volaient depuis un demi-siècle. Au début de l'opération Chammal contre l'organisation Etat islamique en septembre, l'armée de l'air française devait acheminer 18 tonnes de fret et du personnel aux Emirats arabes unis. "Il nous aurait fallu trois C-160 et une étape par C-160, alors qu'on a fait un seul aller-retour avec l'A400M. On est parti le soir, on a déchargé et on est revenu le lendemain matin : c'est ça, l'A400M", a ajouté le général Mercier. Le chef d'état-major de l'armée de l'air attend avec impatience le troisième des quatre A400M que doit lui livrer Airbus en 2015. Ce sera le premier à être équipé des véritables capacités de l'avion, c'est-à-dire avec des capacités de largage de matériel et d'exécution de missions tactiques. "C'est un jalon sur lequel je pèse beaucoup sur Airbus en disant : il ne faut pas le rater. On n'acceptera pas de retard sur ce jalon-là", a dit le général Mercier. L'armée française a accepté de recevoir ses premiers A400M sans la configuration complète parce qu'elle avait besoin de retirer les vieux Transall du service. Airbus Defence & Space a annoncé mardi avoir obtenu le contrat de maintenance de l'A400M pour la France et la Grande-Bretagne, laquelle a commandé 22 unités de l'avion. La France vient également de notifier cette semaine à Airbus le développement de 12 avions-ravitailleurs basés sur l'A330 de l'avionneur européen et la commande du premier exemplaire, là aussi pour remplaces des tankers "exsangues". Huit autres doivent être commandés en 2015 et l'armée de l'air étudie la possibilité d'anticiper celle des trois derniers exemplaires avant la fin de la loi de programmation militaire 2014-2019, pour qu'ils puissent entrer en service avant 2025. De la même manière, l'armée de l'air espère réceptionner un nouveau système de trois drones Reaper dès 2015, avec un ou deux ans d'avance, tout en acceptant un standard inférieur à celui qui était prévu. Paris, qui a toujours quatre drones Harfang d'Airbus Group, a basé un système de deux drones à Niamey (Niger), un troisième étant prévu pour le début 2015. (Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez)

Valeurs associées

-1.80%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.