Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-L'aile gauche du PS prête à en découdre sur la Loi Macron

Reuters10/12/2014 à 17:28

* Martine Aubry, fer de lance de la contestation * Les frondeurs assurent avoir les voix pour bloquer le texte * Valls se dit "certain" de la faire approuver sans "49.3" par Julien Ponthus PARIS, 10 décembre (Reuters) - L'aile gauche du Parti socialiste emmenée par Martine Aubry a confirmé mercredi sa volonté d'en découdre avec le gouvernement sur la loi Macron, y voyant un combat emblématique des différences idéologiques qui opposent les "deux gauches". Sortie cet été du silence médiatique qu'elle s'était imposé depuis l'élection de François Hollande en 2012, l'ancienne patronne du PS a pris la tête de la contestation à l'extension du travail du dimanche prévue par la loi Macron. ID:nL6N0TU2JF "Je combattrai cette régression pour notre société au niveau national comme dans ma ville", ajoute l'ancienne ministre du Travail, qualifiant l'examen du texte au parlement de "moment de vérité" dans une tribune publiée par Le Monde. Présenté mercredi en conseil des ministres, le projet de loi pour la croissance et l'activité du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, prévoit de faire passer, sur autorisation du maire, le nombre de dimanches ouverts par an de cinq à douze. Pour Jean-Luc Mélenchon, l'ancien candidat du Front de gauche à la présidentielle de 2012, cette loi doit être torpillée grâce à une mobilisation dans la rue. ID:nL6N0TU1NX "Il faut tracer une ligne d'arrêt sur laquelle nous pourrions remporter une victoire contre le libéralisme. Ce point d'arrêt, c'est le point Macron", explique le député européen. Au Parti socialiste, la contestation déborde du cadre de la trentaine de députés "frondeurs" qui s'abstiennent régulièrement de soutenir le gouvernement. Cette fois, des élus socialistes font savoir qu'ils voteront contre le projet de loi s'il reste en l'état, une perspective qui, selon eux, rend son approbation incertaine sans l'utilisation de l'article 49-3 de la Constitution, qui permet au gouvernement de passer en force. "Ça ne passe pas", assure à Reuters le député frondeur Jean-Marc Germain, qui rappelle que les votes du budget n'ont été acquis qu'avec une marge de 20 voix. "On transforme nos quarante voix d'abstention en votes contre et comme il n'y a que vingt voix d'écart entre les 'pour' et les 'contre', ça ne passe pas." PEAU DE CHAGRIN "Les budgets, c'est très difficile pour les députés de la majorité de voter contre, c'est l'appartenance même à la majorité, cette logique-là ne fonctionnera pas" pour ce texte, estime le député Laurent Baumel pour qui "la possibilité qu'un nombre important de députés votent contre ce texte existe". Ce dernier appelle donc le gouvernement à "retirer du texte les points les plus controversés". Un poids lourd de la majorité, qui est pourtant réformiste, estime que le gouvernement devra céder du terrain. "A partir du moment où la majorité s'est retrécie, on ne peut plus faire grand-chose", a-t-il déclaré. "Ça se réduit comme peau de chagrin. Sur le dimanche, il va devoir lâcher." Mais le Premier ministre s'est dit mercredi "certain" de gagner la bataille parlementaire, tout comme le président du groupe PS à l'Assemblée, Bruno Le Roux. ID:nL6N0TU2B2 Accusé par la droite d'avoir abandonné toute volonté de réformer en profondeur l'économie française, Manuel Valls a au contraire proposé tout un agenda de réforme courant jusqu'à la fin du mandat de François Hollande en 2017. "La volonté réformatrice du gouvernement est intacte", a-t-il rappelé, ajoutant qu'il était prêt à un large dialogue avec sa majorité sans pour autant rogner ses ambitions. D'autres voix au Parti socialiste tiennent à relativiser les oppositions sur ce texte. "On avait des débats qui étaient bien plus violents au moment du projet de loi de financement de la sécurité sociale", rappelle Juliette Méadel, porte-parole du Parti socialiste, selon qui l'utilisation du 49.3 ne sera pas nécessaire. "Il y a des gens qui ne sont pas d'accord, d'abord ils ne sont pas majoritaires et ensuite il se trouve que sur ce texte, le gouvernement est dans une attitude de dialogue, donc je n'y crois pas", a-t-elle expliqué. (avec Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.