Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Juppé, "l'homme tranquille" de la primaire

Reuters05/04/2016 à 05:00
    * Le maire de Bordeaux reste le champion des sondages 
    * Des soutiens et rivaux évoquent un "syndrome Balladur" 
    * Sarkozy guette l'enlisement 
    * Juppé s'adresse aux "déçus" du PS et du FN 
 
    PARIS, 5 avril (Reuters) - "Il marche sur l'eau". La formule 
de ce proche d'Alain Juppé témoigne de la confiance qui règne 
dans le camp du favori de la primaire de la droite à un an de 
l'élection présidentielle. 
    "Si vous voulez faire des économies, vous n'avez qu'à 
m'élire dès le premier tour, ça ne vous coûtera que deux euros", 
a lancé l'ancien Premier ministre dimanche à son arrivée à 
Cayenne, première étape d'une tournée en Outre-mer. 
    "S'il gagne la primaire, il est quasiment assuré de 
l'emporter en 2017", tranche un membre de son équipe.  
    Dans le cercle rapproché de Nicolas Sarkozy, que le maire de 
Bordeaux ne cesse de distancer dans les sondages (41% contre 23% 
pour l'ancien président dans un récent sondage Odoxa), on 
relativise cet état de grâce tenace en convoquant l'exemple 
d'Edouard Balladur, grandissime favori finalement humilié par 
l'"outsider" Jacques Chirac en 1995. 
    "J'ai tellement soutenu M. Balladur, il avait tellement de 
bons sondages", a récemment ironisé le président des 
Républicains sur Europe 1. 
    Le paradoxe de 2016, aux dires de certains de ses soutiens, 
voudrait que Nicolas Sarkozy, dont la candidature devrait 
intervenir dans la dernière ligne droite de la primaire des 20 
et 27 novembre prochains, piège "à la Chirac" son premier rival. 
    "A ce stade tout est possible, aussi bien l'option Balladur 
que l'option Sarkozy (en 2007-NDLR)", souligne le député LR 
Benoist Apparu, soutien d'Alain Juppé. 
    "Le risque, ce serait qu'il gère son avance en père trop 
tranquille", admet un membre de son réseau "AJ pour la France". 
    Les critiques sur le "ronron" de la campagne du maire de 
Bordeaux, 70 ans, ne sont jamais loin : François Fillon 
égratigne son "programme pépère", Bruno Le Maire son profil 
"Ancien Régime". Et attendent le faux-pas qui ne vient toujours 
pas. 
     
    LE CANDIDAT DES "ANTI"? 
    "La droite modérée n'est pas molle, la boutique la plus 
solide, la plus structurée, c'est la nôtre", réplique le même 
membre de l'équipe Juppé. 
    Un livre décapant, en vente ce mardi, fait légèrement 
chanceler l'édifice. Dans "Lapins et merveilles", le pudique qui 
déteste mettre "ses tripes sur la table" y est décrit comme un 
"Juppé-Janus", tour à tour orgueilleux, froid, cassant, mais 
aussi "solaire", "généreux", "le coeur pur". 
    "Un jour il m'a dit : 'Nicolas (Sarkozy) m'a eu, il me fait 
la bise. On ne peut pas lui dire non. L'homme politique idéal, 
ce serait le fils que nous aurions ensemble'", raconte son fils 
Laurent. 
    "Il ne faut pas se le cacher, l'anti-sarkozysme et 
l'anti-hollandisme expliquent pour partie la popularité d'Alain 
Juppé", concède un élu "juppéiste". 
    "Quand on analyse le cas Juppé, on s'inquiète. Quand on le 
compare aux autres, on se rassure. C'est le plus solide du lot", 
résume Jean-Pierre Raffarin, cité par Paris Match. 
    En Guyane, Alain Juppé s'est adressé "à tous les électeurs 
de la droite et du centre" mais "aussi aux déçus du socialisme", 
et "pourquoi pas à ceux qui se sont laissés aller à voter Front 
national dans le passé et qui commencent à ouvrir les yeux". 
    Plus le socle électoral de la primaire sera large -- entre 
trois et quatre millions de participants --, plus Alain Juppé, 
"candidat central, pas centriste", a des chances de l'emporter. 
    "Chez les Républicains, Il y a une base militante chauffée à 
blanc, c'est clairement un défi. On sait combien ils sont : 
quelque 100.000, ceux qui ont élu Nicolas Sarkozy en 2014 à la 
présidence de l'UMP", dit-on dans l'entourage d'Alain Juppé. 
    "La dynamique qui va sortir des primaires va mettre un terme 
à ses divisions", veut-on croire. 
 
 (Sophie Louet avec Ingrid Melander, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.