Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

ORANGE (ex: FRANCE TELECOM)

14.7600EUR
+1.72% 
Ouverture théorique 14.7600
indice de référence CAC 40

FR0000133308 ORA

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    14.5150

  • clôture veille

    14.5100

  • + haut

    14.8500

  • + bas

    14.5000

  • volume

    8 261 465

  • valorisation

    39 262 MEUR

  • capital échangé

    0.31%

  • dernier échange

    20.04.18 / 17:37:45

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    13.8750

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    15.6450

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter ORANGE (ex: FRANCE TELECOM) à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter ORANGE (ex: FRANCE TELECOM) à mes listes

    Fermer

France-Israël inquiet des propos du patron d'Orange

Reuters04/06/2015 à 19:09

(Actualisé avec Netanyahu, détails) PARIS, 4 juin (Reuters) - Le gouvernement israélien s'est alarmé jeudi de déclarations du PDG d'Orange ORAN.PA Stéphane Richard, qui a évoqué mercredi un éventuel retrait d'Israël et confirmé jeudi son intention de mettre un terme à un accord de licence avec une marque locale. Orange, qui a un accord de licence de marque avec l'opérateur Partner Communications, a indiqué jeudi souhaiter y "mettre fin à terme", tout en assurant que cette décision était conforme à "sa politique de marque" et en aucun cas politique. La veille, Stéphane Richard avait souligné au Caire vouloir être un "partenaire de confiance de tous les pays arabes" et ajouté que son groupe serait prêt à mettre un terme à cet accord dès "demain" s'il le pouvait, mais que cette décision présenterait un "énorme risque financier". Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a demandé jeudi à Paris de "publiquement désavouer" Orange, détenu à 25% par l'Etat. Il a également demandé aux alliés d'Israël "de dire fermement, clairement et sans condition qu'ils s'opposent à toute forme de boycott de l'Etat juif." Plusieurs organisations de défense des droits de l'homme ont demandé au gouvernement français de cesser toute relation économique avec les colonies israéliennes dans les territoires occupés, mentionnant directement l'accord qui lie Orange et Partner Communications. Dans une lettre à Stéphane Richard rendue publique jeudi, la vice-ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Hotovely exprime sa "vive préoccupation" et lui demande de s'"abstenir de rejoindre l'industrie de mensonges qui prend pour cible de manière injuste Israël." DES PROPOS "SORTIS DE LEUR CONTEXTE" Orange, dont un porte-parole estime que les propos de son PDG ont été sortis de leur contexte, assure jeudi n'avoir "en aucun cas vocation à prendre part, sous une quelconque forme, à un débat de nature politique." "Conformément à sa politique de marque, Orange ne souhaite pas maintenir la présence de la marque dans les pays où le Groupe n'est pas ou n'est plus opérateur", explique la compagnie. Et d'ajouter : "dans ce cadre, tout en respectant strictement les accords existants, Orange souhaite mettre fin à terme à cette licence de marque." Un porte-parole du Quai d'Orsay s'est refusé à tout commentaire concernant les propos de Stéphane Richard. Il a toutefois réaffirmé la position de la France, qui est de s'opposer à tout boycott d'Israël tout en considérant les colonies comme illégales. L'Etat détient 25% du capital d'Orange, dont 13,4% via l'APE et 11,6% via la CDC. Les pourparlers israélo-palestiniens ont été suspendus en avril 2014, les Palestiniens condamnant la poursuite de la colonisation dans les territoires occupés et les Israéliens dénonçant l'accord de réconciliation entre l'Autorité palestinienne et les islamistes du Hamas, au pouvoir à Gaza. Tout en se disant favorable à une solution à deux Etats, Benjamin Netanyahu, récemment réélu Premier ministre en Israël, souhaite également qu'Israël puisse conserver une partie des territoires occupés depuis 1967. (Chine Labbé, John Irish et Leila Abboud, avec Allyn Fisher-Ilan et Dan Williams à Jérusalem et Tova Cohen à Tel Aviv, édité par Yves Clarisse)

Valeurs associées


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.