1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Information judiciaire sur l'attentat du Thalys
Reuters25/08/2015 à 17:42

PARIS, 25 août (Reuters) - Le procureur de Paris a annoncé mardi l'ouverture d'une information judiciaire pour tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste concernant l'attentat du Thalys, et requis le placement du suspect Ayoub el Khazzani en détention provisoire. Ces "tentatives d'assassinats concernent (...) l'ensemble des personnes se trouvant à sa portée dans le train Thalys Amsterdam-Paris", a déclaré François Molins lors d'une conférence de presse. "Les investigations viseront notamment à déterminer la provenance des armes saisies, le parcours d'Ayoub el Khazzani et les liens qu'il a pu tisser, les complicités dont il a bénéficié, ses sources de financement", a-t-il ajouté. Le Marocain de 25 ans a nié lors de sa garde à vue tout projet terroriste, assurant avoir trouvé ses armes dans un parc de Bruxelles et avoir eu pour seule intention de rançonner les passagers du Thalys. Des déclarations qualifiées de "fantaisistes" par le procureur, selon qui son projet apparaissait "ciblé et prémédité", le suspect ayant notamment refusé de prendre le train précédent, où des places étaient encore disponibles. Ayoub el Khazzani a visionné dans le train des fichiers Youtube d'appel au combat et à la prise des armes au nom d'Allah, a par ailleurs indiqué François Molins. Il a dit aux enquêteurs avoir résidé en France entre cinq et sept mois en 2014, période pendant laquelle il n'a pas été contrôlé et n'a pas attiré l'attention des services de renseignement. (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer