Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Impact limité de la sécurité accrue sur les déficits

Reuters19/11/2015 à 12:53

* 600 millions de dépenses qui ne seront pas compensées * Moscovici n'entrevoit pas de dérapage majeur * L'ancien ministre français répond à François Hollande (Actualisé avec contexte, Sapin et Eckert) PARIS, 19 novembre (Reuters) - Le renforcement des moyens alloués à la sécurité après les attaque de Paris et Saint-Denis coûtera environ 600 millions d'euros en 2016, un montant que le gouvernement ne compensera pas par des économies mais qui ne devrait avoir qu'un impact limité sur les déficits de la France. La somme a été annoncée jeudi à l'ouverture du débat budgétaire pour 2016 au Sénat par le ministre des Finances Michel Sapin, qui a précisé qu'elle couvrait les créations de nouveaux postes décidées par François Hollande et les besoins en équipements liés à ces embauches. "Nous assumons, à ce stade de la discussion budgétaire, une dégradation du déficit" que ces dépenses entraîneront, a-t-il dit. "Nous ne les financerons pas par un nouveau rabot sur les (crédits des) ministères ni par une hausse d'impôt", a renchéri le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert. Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires a dit ne pas s'attendre à un impact majeur sur les finances publiques de la France, pays qui est l'objet d'une procédure européenne pour déficit excessif et qui a déjà obtenu à deux reprises depuis le début du quinquennat un délai pour revenir dans les clous du pacte de stabilité européen. "Nous n'avons pas de raison de penser que la trajectoire budgétaire française en soit spectaculairement modifiée", a indiqué Pierre Moscovici devant la presse à Paris. "Ce n'est pas un tournant de politique économique, c'est tout simplement des mesures indispensables pour améliorer la sécurité des citoyens", a-t-il poursuivi. François Hollande a annoncé lundi la création de 5.000 postes supplémentaires dans la police et la gendarmerie ces deux prochaines années, de 2.500 à la justice, 1.000 dans les douanes et une stabilisation des effectifs de l'armée jusqu'en 2019. Mardi, Pierre Moscovici avait laissé entendre que les autorités européennes donneraient à la France les marges de manoeuvre budgétaires pour faire face aux impératifs en matière de sécurité auxquels elle est confrontée. MOSCOVICI RÉPOND À HOLLANDE Mercredi, c'est le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui s'est dit favorable à ce que les dépenses engagées par la France pour assurer sa sécurité bénéficient d'un traitement spécifique lors du calcul du déficit public dans le cadre des règles européennes. En annonçant lundi la hausse des effectifs des forces de l'ordre et de la justice, François Hollande avait déclaré que "le pacte de sécurité l'emporte sur le pacte de stabilité", qui oblige les pays de la zone euro à ramener leur déficit public sous 3% du PIB. Pierre Moscovici, son ancien ministre des Finances, lui a répondu jeudi que, "pacte de sécurité et pacte de stabilité ne sont pas antagoniques". En tout état de cause, la somme de 600 millions d'euros annoncée par Michel Sapin représente environ 0,03 point de produit intérieur brut et 0,15% du projet de budget 2016. Le déficit de celui-ci, tel qu'il a été voté en première lecture par l'Assemblée nationale, s'établit pour l'instant à 72,27 milliards d'euros contre 71,99 milliards dans le texte initial ID:nL8N13C28I . Pierre Moscovici a indiqué que Bruxelles réexaminerait ce projet de budget à la lumière des annonces faites cette semaine. Dans son avis sur la loi de finances originelle, la Commission avait estimé que Paris devrait respecter ses objectifs nominaux intermédiaires pour 2015 puis 2016, à savoir un déficit public ramené cette année à 3,8% du PIB, après 3,9% en 2016, puis 3,3% l'an prochain. Mais elle a souligné aussi que la réalisation de l'étape suivante, à savoir un déficit ramené sous 3% en 2017, "n'est pas encore assurée". (Yann Le Guernigou, Marc Joanny, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.