Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Hollande veut réconcilier agriculture et écologie

Reuters20/02/2015 à 11:17

* Hollande inaugure samedi le 52e Salon de l'agriculture * Répondre aux attentes du monde rural à un mois des élections * Le président veut associer l'agriculture à la Cop 21 par Elizabeth Pineau PARIS, 20 février (Reuters) - François Hollande inaugure samedi le 52e Salon de l'agriculture, traditionnel rendez-vous avec le monde rural placé sous le signe de "l'agroécologie", à l'orée d'une année qui s'achèvera par la conférence de Paris sur le climat. Apporter des réponses aux inquiétudes du million d'agriculteurs français a aussi son importance à un mois d'élections départementales où l'on annonce une forte poussée du Front national, particulièrement dans les campagnes. L'accueil du président dans les allées de la "plus grande ferme du monde" installée porte de Versailles, où est attendue toute la classe politique, sera donc observé de près. "Confrontés aux défis du changement climatique et de la pression croissante de la concurrence internationale, ainsi qu'aux demandes sociétales fortes sur l'environnement et la santé, les agriculteurs français expriment légitimement le besoin d'une reconnaissance de leur place dans la société", a déclaré le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, lors du dernier conseil des ministres. Dans un entretien accordé cette semaine à Actuagri, l'agence de presse de la FNSEA, principal syndicat agricole, François Hollande appelle les exploitants à s'engager "pour une agriculture compétitive" et "moins gourmande" en énergie et en pesticides. "On n'avancera pas si l'on ne réconcilie pas l'économie et l'écologie", dit le président. "L'enjeu, c'est de tirer parti de la science et des technologies pour valoriser les ressources rares et pour recourir à des produits moins nocifs; c'est la définition même de l'agroécologie." "Les agriculteurs ont déjà fait de grands efforts en matière de respect de l'environnement", poursuit le président, qui "souhaite que se diffusent les bonnes pratiques pour une agriculture compétitive tout en étant moins gourmande en énergies et en produits phytosanitaires". BON USAGE DE L'EAU En France, premier pays producteur et exportateur de céréales de l'Union européenne, le bon usage des ressources en eau est un élément-clé. Le président a rappelé que les besoins l'été vont croître en raison du changement climatique, "ce qui doit conduire à promouvoir des pratiques agricoles plus sobres en eau, et à créer des réserves d'eau pour soutenir les étiages et permettre aux agriculteurs de diversifier leurs productions grâce à l'irrigation", quelques mois après la polémique autour de la construction du barrage de Sivens, dans le Tarn. François Hollande souhaite ainsi associer le monde agricole français à la préparation du sommet des Nations Unies sur le changement climatique (Cop21) prévu fin 2015 à Paris, où il espère la signature d'un accord contraignant pour mieux lutter contre le réchauffement climatique. C'est dans ce même esprit "vert" que le gouvernement entend lancer un système de Groupements d'intérêts économique et environnemental (GIEE). Créés par la Loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt, leur but est de favoriser une agriculture économiquement efficace et douce avec l'environnement. Le président et le ministre de l'Agriculture sont attendus dès l'heure du laitier, samedi, dans les allées du Salon où ils devraient passer toute la matinée. Dans l'après-midi, François Hollande plantera un chêne dans les jardins de l'Elysée pour célébrer le cinquantième anniversaire de l'Office national des forêts. Selon le dernier recensement agricole de 2010, la France compte 604.000 chefs d'exploitations et co-exploitants agricoles. Un peu plus d'un million de personnes participent régulièrement à l'activité des 514.800 exploitations agricoles du pays, Outre-mer inclus. (Avec Valérie Parent, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.