Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Hollande va tenter d'apaiser la fronde policière

Reuters26/10/2016 à 11:11
    * Le chef de l'Etat reçoit de nouveau les syndicats 
    * 91% des Français soutiennent le mouvement des 
policiers-Ifop 
 
    PARIS, 26 octobre (Reuters) - Les syndicats de police 
tentent de reprendre la main sur le mouvement de colère constaté 
depuis dix jours au sein de l'institution avant d'être reçus 
mercredi en fin de journée par François Hollande, mais la fronde 
de la base persiste.  
    Les organisations espèrent obtenir un additif substantiel au 
protocole signé en avril dernier avec le ministre de l'Intérieur 
Bernard Cazeneuve et exigent un calendrier et des engagements 
forts sur un renforcement des moyens et de la politique pénale. 
    Un an presque jour pour jour après avoir déjà reçu les 
syndicats de police lors d'une précédente grogne, François 
Hollande pourrait annoncer un plan doté d'une centaine de 
millions d'euros qui prévoit notamment la suppression de tâches 
dites indues, comme les gardes statiques, selon Le Monde.fr. 
    Mais les syndicats débordés par les policiers en colère 
affirment qu'ils ne se contenteront pas de demi-mesures. 
    "Les policiers attendent autre chose que de nouveaux 
pare-balles ou un nouvel armement et méritent plus que les 
propositions faites aujourd'hui", affirme Yves Lefebvre, 
secrétaire général d'Unité SGP police, deuxième syndicat chez 
les gardiens de la paix.  
    Selon un sondage Ifop pour le site Atlantico, diffusé mardi, 
91% des Français estiment que les récentes manifestations de 
policiers sont "justifiées". Un chiffre qui s'explique autant 
par la bienveillance des Français envers cette corporation que 
par un fort désir d'une politique pénale plus sévère. 
    Cette nouvelle crise au sein de l'institution policière a 
éclaté après une attaque au cocktail Molotov le 8 octobre, à 
Viry-Châtillon (Essonne) qui a grièvement blessé deux policiers, 
dont un est toujours hospitalisé à Paris. 
     
    MANIFESTATION PRÈS DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE 
    Pour canaliser la contestation, Unité SGP police, deuxième 
syndicat chez les gardiens, organise mercredi à la mi-journée 
des marches de la colère policière et citoyenne place de la 
République à Paris et dans des dizaines de villes de province. 
    Le syndicat, qui se défend de toute récupération, appelle 
les citoyens à se joindre aux cortèges. 
    La veille, une intersyndicale comprenant notamment Alliance, 
l'Unsa et Synergie officiers, avait appelé dans le même esprit 
les policiers à se rassembler devant les palais de justice de 
France pour dénoncer notamment le "laxisme" de la justice envers 
les agresseurs de forces de l'ordre. Mais le mouvement a 
faiblement mobilisé. 
    En dépit d'un essoufflement, les policiers manifestant hors 
de tout cadre syndical depuis dix jours, essentiellement la 
nuit, continuent à réunir quotidiennement près de 2.000 
personnes en France.  
    Fait inédit, près d'un millier de participants à la "Nuit 
debout des policiers", par référence à la "Nuit debout" contre 
la loi Travail, avaient manifesté la semaine dernière à quelques 
centaines de mètres de l'Elysée aux cris de "Hollande 
démission". 
    Après avoir menacé de sanctions les policiers manifestant en 
uniforme ou avec des véhicules de service, l'exécutif a fait 
machine arrière et multiplié les gestes d'apaisement, avec 
l'annonce d'un nouveau plan de sécurité publique en novembre. 
    Accusés d'être infiltrés par le Front national, les 
policiers frondeurs ont changé de porte-parole et tentent de 
mieux se coordonner.  
    Plusieurs centaines d'entre eux devaient se rendre mercredi 
en début d'après-midi aux abords de l'Assemblée nationale pour 
dénoncer "les promesses non tenues" et réclamer "des actes". 
Dans une lettre ouverte, ils ont appelé les députés à "entamer 
un dialogue" et à venir à leur rencontre.   
 
 (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.