Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Grève des fonctionnaires pour défendre le service public

Reuters 07/03/2017 à 10:55
    * Manifestation prévue à Paris dans l'après-midi 
    * Plusieurs revendications des syndicats 
    * La question divise les candidats à l'Elysée 
 
    PARIS, 7 mars (Reuters) - Les agents de la fonction publique 
hospitalière, d'Etat et territoriale sont appelés à la grève 
mardi en France pour défendre le service public à moins de deux 
mois du premier tour de l'élection présidentielle, qui voit 
plusieurs candidats préconiser une réduction du nombre de 
fonctionnaires.  
    Une manifestation nationale est prévue à Paris dans 
l'après-midi entre la place Denfert-Rochereau et les Invalides, 
près du ministère du Travail. 
    Cette journée de mobilisation est "l'occasion de porter nos 
revendications en matière de défense du service public 
hospitalier et de la sécurité sociale", écrivent les fédérations 
de fonctionnaires CGT, FO, Solidaires et FA-FP dans un 
communiqué commun.  
    "Asphyxiée par les déremboursements, les dérégulations, les 
suppressions de postes et les réorganisations permanentes, 
auxquels s'ajoutent les regroupements d'hôpitaux imposés par la 
loi Touraine, le secteur de la santé est en péril en terme 
d'égalité d'accès aux soins", estiment-ils.  
    Egalement dans le collimateur des syndicats, la réforme 
territoriale "et ses conséquences, fusion de communes, de 
conseils régionaux, création de métropoles entraînent des 
mobilités forcées et des inquiétudes grandissantes chez les 
agents et dégradent le service public". 
    Les syndicats réclament aussi une augmentation de la valeur 
du point d'indice "pour compenser les pertes subies depuis des 
années", une refonte des carrières "pour redonner de 
l'attractivité à l'emploi public" et un arrêt des suppressions 
de postes et des restructurations. 
    Les agents de Pôle emploi, en grève dès lundi, ont pour leur 
part reconduit leur mouvement ce mardi pour défendre l'avenir de 
" leurs  missions et de  leurs  métiers". 
     
    RÉDUCTIONS DU NOMBRE DES FONCTIONNAIRES  
    Quelque 5,65 millions de personnes travaillaient pour la 
fonction publique en France en 2015, selon les dernières données 
disponibles de l'Insee.   
    La question des fonctionnaires et notamment du réduction de 
leur nombre s'est invitée très tôt dans la campagne 
présidentielle, notamment lors de la primaire de la droite et du 
centre en novembre.  
    L'une des mesures phares du vainqueur de cette primaire, 
François Fillon, prévoit la suppression de 500.000 postes en 
cinq ans.  
    L'ancien Premier ministre a toutefois assuré début février 
qu'il n'y aurait aucun gel des recrutements et qu'"aucun poste 
de policier, de magistrat, de militaire, ni d'infirmier ne 
sera it  supprimé" 
    Le candidat du mouvement "En Marche!" Emmanuel Macron 
prévoit pour sa part de réduire de 120.000 le nombre de postes 
de fonctionnaires en cinq ans, par non renouvellement des 
départs, dont 70.000 dans les collectivités locales.  
    A l'inverse, le candidat de "La France insoumise" Jean-Luc 
Mélenchon et celui du Parti socialiste Benoît Hamon souhaitent 
une revalorisation du point d'indice qui permet de calculer la 
rémunération des fonctionnaires.  
    Le programme de l'ancien ministre de l'Education comprend le 
recrutement de 40.000 enseignants sur le quinquennat et la 
création de 1.000 postes de policiers et de gendarmes par an.    
     
    Le co-fondateur du Parti de Gauche souhaite lui le 
recrutement de personnels judiciaire, pénitentiaire et un retour 
des effectifs dans la police et la gendarmerie au niveau de 
2007.   
    Quant à la présidente du Front national Marine Le Pen, elle 
préconise notamment une revalorisation du point d'indice, 
l'"augmentation des effectifs de la fonction publique 
hospitalière" et le recrutement de 15.000 policiers et 
gendarmes.    
 
 (Marine Pennetier, édité par Yann Le Guernigou) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.