Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Grandes manoeuvres autour des "seuils sociaux"

Reuters20/11/2014 à 19:00

* Des négociations suivies par le gouvernement * Leur enjeu dépasse le sort des "seuils sociaux" * Concessions du Medef et entrée de la CGT dans le jeu par Emmanuel Jarry PARIS, 20 novembre (Reuters) - Les partenaires sociaux ont désormais abattu leurs cartes dans les négociations sur la réorganisation du dialogue social dans les entreprises, qui reprennent vendredi sous le regard attentif d'un pouvoir politique soucieux de relancer l'emploi en France. Le sort des "seuils sociaux", qui déclenchent de nouvelles obligations pour les employeurs en fonction des effectifs de leur entreprise, est un des points durs mais les enjeux de ces discussions vont bien au-delà de cette question. Le gouvernement dit vouloir faire du dialogue social un outil "efficace au service de la compétitivité des entreprises" et le ministre de l'Economie fait le pari qu'il permettra de réformer le marché du travail. Emmanuel Macron estime notamment que la durée du temps de travail pourrait être modulée par des accords majoritaires dans l'entreprise ou la branche, ce qui rejoint les préoccupations du Medef mais inquiète les syndicats. ID:nL6N0TA3QG Le ministre du Travail a donné aux partenaires sociaux jusqu'à la fin de l'année pour s'entendre mais on admet de source proche de l'exécutif que le climat est "assez tendu" et on évalue les chances d'un accord à "50-50". Les positions de départ des syndicats et du patronat, lui-même tiraillé par de profondes divergences, étaient si éloignées que la séance prévue le 13 novembre a été reportée d'une semaine pour permettre au Medef de multiplier les réunions bilatérales. Dans une nouvelle mouture de ses propositions, la première organisation patronale française fait quelques concessions aux syndicats, au prix d'une rupture du front patronal avec la CGPME et l'Union professionnelle artisanale (UPA). ID:nL6N0T9467 Le Medef propose toujours de fusionner les instances représentatives du personnel (IRP) en un "conseil d'entreprise" unique. Mais il ne se limite plus aux entreprises de 50 salariés et plus, ce qui avait fait hurler les syndicats. Il propose que dans les sociétés de 11 à 49 salariés, le conseil d'entreprise reprenne les prérogatives et les moyens actuels des délégués du personnel et puisse, comme dans celles de 50 salariés et plus, négocier des accords avec l'employeur. LA CGT PRÊTE À JOUER LE JEU ? Il propose également de conserver aux syndicats un rôle spécifique dans la négociation des accords d'entreprise. Ces concessions seront probablement insuffisantes mais un autre fait nouveau est intervenu : contrairement aux fois précédentes, la CGT a montré une véritable volonté de jouer le jeu en mettant sur la table des propositions très concrètes. Elle propose notamment d'assurer la représentation collective du personnel des entreprises de moins de 50 salariés par des délégués élus dès que deux d'entre eux le demandent ou par l'élection de représentants au sein de "comités paritaires territoriaux" extérieurs à l'entreprise, à l'image de ce qui existe déjà dans l'artisanat ou l'agriculture. Cela revient de facto à supprimer le seuil de 11 salariés, qui déclenche aujourd'hui une obligation d'organiser un scrutin interne, en réalité peu respectée dans les PME concernées. La CGT propose également de simplifier et de rationaliser le processus d'information et de consultation des IRP. La CFDT, la CFTC, la CFE-CGC et Force ouvrière proposent également des dispositifs inspirés, à des degrés divers, des Commissions paritaires interprofessionnelles de l'artisanat (Cpria) pour assurer la représentation des salariés des très petites entreprises (TPE). La CGPME et l'UPA, qui ont décidé de ne pas s'associer aux nouvelles propositions du Medef, n'ont en revanche pas prévu de présenter vendredi leur propre plate-forme. "Est-ce qu'on présentera un autre texte ? On ne se l'interdit pas mais pas vendredi", a ainsi déclaré à Reuters la vice-présidente de la CGPME, Geneviève Roy. "Je vais voir comment est reçu le texte du Medef." (Avec Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.