Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Gouvernement et CGT campent sur leurs positions

Reuters17/06/2016 à 12:04
    * El Khomri et Martinez prennent acte de leurs désaccords 
    * Martinez a remis à la ministre des propositions de la CGT 
    * El Khomri et Le Roux laissent peu d'espace à une 
réécriture 
 
 (Avec déclarations complémentaires, contexte) 
    par Emmanuel Jarry 
    PARIS, 17 juin (Reuters) - Le gouvernement ne dénaturera pas 
le projet de loi Travail, qui donne la primauté aux accords 
d'entreprise sur les accords de branche et nationaux, a déclaré 
vendredi la ministre du Travail après une réunion d'une heure et 
demie avec le patron de la CGT. 
    Myriam El Khomri a reconnu après l'entretien la persistance 
des désaccords avec ce syndicat à la pointe de la contestation, 
notamment sur la place de la négociation collective. 
    Elle a promis de regarder "attentivement" les propositions 
remises par Philippe Martinez et n'a pas exclu d'"enrichir" le 
projet de loi, actuellement examiné par le Sénat. 
    "L'enrichir, oui, mais sans en dénaturer la philosophie et 
notamment la question de la primauté de l'accord d'entreprise en 
matière de temps de travail", a-t-elle ajouté. "Dialoguer, ça ne 
veut pas dire être dans un consensus (...) Donc, en effet, nous 
n'avons pas trouvé de consensus par rapport à la loi Travail." 
    Philippe Martinez avait auparavant jugé "nécessaire" et 
"constructif" cet entretien mais ajouté que cette rencontre 
avait "confirmé" les désaccords entre la CGT et le gouvernement. 
    Il a évoqué "six articles essentiels", dont celui qui 
inverse la hiérarchie des accords collectifs, les dispositions 
relatives aux licenciements économiques, à l'organisation de 
référendums dans les entreprises ou à la médecine du travail. 
    Pour la CGT, les accords d'entreprise ne doivent pas pouvoir 
déroger aux accords de branche, sauf à donner les moyens à ceux 
qui négocient "de vérifier que juridiquement et économiquement 
une dérogation pourrait être justifiée", a dit son numéro un. 
    En tout état de cause, donner un simple droit de regard aux 
branches sur les accords d'entreprise ne contentera pas la CGT, 
a-t-il ajouté, car "un avis ce n'est pas contraignant". 
    "Il faut retirer ou réécrire ces articles", a ajouté le 
secrétaire général de la CGT, qui a également réitéré sa demande 
de suspension du débat parlementaire sur la loi, "pour pouvoir 
aller au fond des choses". 
     
    "MAUVAIS CALCUL" 
    Ce rendez-vous intervenait au lendemain de l'échec de 
négociations sur l'assurance chômage, polluées par le projet de 
loi Travail qui a cristallisé oppositions et clivages dans le 
camp patronal comme dans celui des syndicats.   
    Il a été maintenu malgré la polémique entre le gouvernement 
et la CGT sur la responsabilité des violences de mardi lors de 
la manifestation parisienne contre la loi Travail.   
    Le dernier tête-à-tête entre Philippe Martinez et Myriam El 
Khomri remontait au 31 janvier ; il l'avait revue le 7 mars dans 
le bureau du Premier ministre, Manuel Valls. 
    En revanche, selon l'entourage de la ministre, il n'était 
pas venu à un rendez-vous auquel il était "personnellement 
convié" le 3 mars au ministère du Travail. Il avait alors envoyé 
d'autres responsables de la CGT. 
    "C'était important ce matin de renouer le dialogue avec la 
CGT", a souligné Myriam El Khomri. 
    Il n'est pas sûr que cela suffise à apaiser les tensions, 
alors que la CGT, Force ouvrière (F0) et cinq autres syndicats 
et organisations de jeunesse appellent à deux nouvelles journées 
de manifestations et de grèves, les 23 et 28 juin. 
    Philippe Martinez a dit qu'il n'y avait, à ce stade, aucune 
raison pour que ces organisations renoncent à ces deux journées. 
    "Ça fait trois mois que le gouvernement compte sur 
l'essoufflement des mobilisations. Je pense que c'est un mauvais 
calcul", a-t-il déclaré. "Notre position avant l'été, si le 
texte ne bouge pas, ne changera pas après l'été." 
    Mais le chef de file des députés socialistes, tout en 
souhaitant l'"élargissement" des soutiens à un texte sur lequel 
le gouvernement a dû engager sa responsabilité en première 
lecture à l'Assemblée nationale, a lui aussi fermé la porte à 
des modifications substantielles. 
    "S'il faut le 49-3" pour l'adopter en deuxième lecture, "il 
y aura le 49-3", a dit Bruno Le Roux sur Radio Classique. "Nous 
ne changerons rien en deuxième lecture (...) qui ne recueille 
pas l'assentiment du gouvernement et de ceux qui soutiennent le 
projet, c'est-à-dire la CFDT, l'UNSA, la FAGE." 
 
 (Avec Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.