1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-François Hollande défend le droit à une "seconde chance"
Reuters10/11/2016 à 18:41

    NANCY, 10 novembre (Reuters) - La République, c'est le droit 
de chacun à une seconde chance, a affirmé jeudi François 
Hollande, qui doit annoncer début décembre s'il brigue ou non un 
nouveau mandat. 
    Le président de la République, qui a rencontré des 
bénéficiaires du service civique à Nancy, a rappelé qu'au 
lendemain des attentats qui ont frappé la France en 2015, il 
avait fait de l'engagement citoyen et notamment du service 
civique l'un des « grands chantiers » de sa présidence. 
    "Ce qui est proposé par la République, c'est l'égalité pour 
tous et que, si nous n'y parvenons pas dans un premier temps, 
nous pouvons avoir une deuxième, une troisième chance, autant 
qu'il est possible", a souligné François Hollande, actuellement 
au plus bas dans les sondages. 
    Créé en 2010 par Martin Hirsch, alors ministre d'ouverture 
de Nicolas Sarkozy, le service civique permet aux jeunes de 16 à 
25 ans d'effectuer des missions d'intérêt général de six à douze 
mois auprès d'organismes à but non lucratif pour retrouver le 
chemin de la formation ou de l'emploi. 
    François Hollande a promis de faire passer le nombre de 
bénéficiaires de ces activités, rémunérées 573 euros par mois, 
de 100.000 en 2016 à 300.000 en 2018. 
 
 (Gilbert Reilhac, édité par Sophie Louet) 
 

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • charleco
    11 novembre09:35

    A chaque fois qu'il fait quelque chose, c'est le contraire de ce qu'il faudrait. Alors que l'opportunité se présente de quitter l'Otan, il vient pleurer avec l'UE comme un bébé qui appelle sa mère. L'Otan ne nous protège pas, elle nous expose dans des guerres qui ne sont pas les nôtres.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer