Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Fragile unité nationale après les attaques de Paris

Reuters14/11/2015 à 16:41

* La campagne des élections régionales suspendue * Appels à l'unité mais critiques à peine voilées * Marine Le Pen appelle à réarmer la France (Avec Marine Le Pen) PARIS, 14 novembre (Reuters) - Les principaux dirigeants politiques français ont exprimé un même effroi après les attaques meurtrières de vendredi soir à Paris et appelé à l'unité du pays sans parvenir à en dissimuler toutes les fissures qui sont d'emblée apparues. Etat de guerre, "horreur", "solidarité" et "unité nationale" sont les mots les plus souvent choisis par ces responsables dès l'annonce des attaques qui ont fait au moins 128 morts dans la capitale et autour du stade de France, au nord de Paris. A trois semaines des élections régionales des 6 et 13 décembre, la plupart des candidats ont suspendu leur campagne, à l'instar du premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, qui a convoqué samedi une réunion extraordinaire de son bureau national. "Nous soutenons les mesures d'exception décidées, elles en appellent d'autres", a-t-il dit dans une déclaration solennelle, en référence notamment à l'état d'urgence décrété dès vendredi. Dans un communiqué commun, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, et tous les présidents de groupe de l'Assemblée ont pour leur part appelé à "l'unité nationale" pour "faire face à cette terrible épreuve." A droite, l'ancien Premier ministre François Fillon a jugé l'heure "à la résistance contre le fanatisme djihadiste" et, là encore, à "l'unité nationale", tandis que le maire de Bordeaux, Alain Juppé a estimé que la France devait "faire bloc" face à un "défi mortel". Le président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy, a annulé une réunion avec les nouveaux adhérents de LR après une déclaration solennelle dans laquelle il a apporté son soutien à l'état d'urgence et aux contrôles aux frontières. "Les terroristes ont déclaré la guerre à la France", a dit l'ancien chef de l'Etat, reprenant presque mot pour mot une formule de son successeur à l'Elysée. "INFLEXIONS MAJEURES" "Notre réponse doit exprimer une fermeté et une détermination de chaque instant", a-t-il ajouté, sans résister toutefois à la tentation de faire la leçon à François Hollande. "Notre politique extérieure doit intégrer le fait que nous sommes en guerre, notre politique de sécurité intérieure également", a-t-il dit. "Nous avons besoin d'inflexions majeures pour que la sécurité des Français soit pleinement assurée." La présidente du Front national, Marine Le Pen, a parlé pour sa part de "tragédie nationale" et souhaité, elle aussi, que la nation reste "unie dans cette épreuve". Mais elle a enfourché le cheval de bataille de prédilection du parti d'extrême droite : "La France et les Français ne sont plus en sécurité (...) des mesures d'urgences s'imposent." "La France doit enfin déterminer quels sont ses alliés et quels sont ses ennemis, ses ennemis ce sont ces pays qui entretiennent des relations bienveillantes avec l'islamisme radical", a-t-elle poursuivi, dans une allusion aux partenaires arabes de la France, notamment dans le golfe. En revanche, tous ceux qui combattent les djihadistes "sont des alliés de la France et doivent être traités comme tels", a ajouté Marine Le Pen, en référence notamment à la Russie. Du côté des organisations communautaires, le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), instance représentative de l'islam en France, a condamné avec la plus grande vigueur des attaques "odieuses et abjectes", appelant "la Nation toute entière à l'unité et à la solidarité". Le cardinal catholique André Vingt-Trois a annoncé qu'il présiderait dimanche une messe à Notre-Dame à la mémoire des victimes des attentats. (Elizabeth Pineau, édité par Jean-Michel Bélot)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.