Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Fillon ne pliera pas devant la "rumeur infamante"

Reuters14/11/2014 à 21:48

* L'ex-Premier ministre n'a pas "peur" de l'affaire Jouyet * Il dénonce des "mensonges pitoyables" * Il entend frapper fort sur l'immigration (Actualisé avec propositions immigration) par Matthias Galante MENTON, Alpes-Maritimes, 14 novembre (Reuters) - François Fillon, accusé d'avoir demandé l'intervention de l'Elysée pour accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy, a affirmé vendredi soir qu'il ne plierait pas face à une "rumeur infamante". Dans le livre "Sarko s'est tuer", les journalistes du Monde Fabrice Lhomme et Gérard Davet affirment que l'ancien Premier ministre, désormais rival de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2017, a demandé à Jean-Pierre Jouyet, lors d'un déjeuner le 24 juin, de "taper vite" sur l'ancien président pour ne pas "le laisser revenir". Après un démenti, le secrétaire général de l'Elysée est revenu sur ses dires, affirmant que François Fillon lui avait effectivement parlé du dossier Bygmalion et du paiement des pénalités liées à l'invalidation des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy. "Depuis quelques jours, je suis obligé de riposter à des mensonges pitoyables", a déclaré le député de Paris en préambule d'un discours sur l'immigration à Menton (Alpes-Maritimes) devant quelque 500 personnes, dont le député UMP Eric Ciotti. "Ceux qui pensent m'affaiblir ainsi me connaissent mal. Ça fait trente ans que je me bats dans la vie politique pour une certaine idée de la France et pour une conception digne de la politique. Ça n'est pas maintenant que je vais plier". "Je veux dire que je n'ai peur de rien et que je tordrai le cou à cette rumeur infamante", a souligné François Fillon. "J'ai saisi la justice et ce soir, je n'en dirai pas plus parce que je pense que cela a déjà suffisamment abaissé le débat public dans notre pays" a-t-il conclu avant de décliner ses propositions sur la maîtrise des flux migratoires. "INTÉGRER MIEUX" Déterminé à imprimer sa marque dans la compétition qui s'esquisse à droite pour l'élection présidentielle de 2017, François Fillon a durci son discours sur l'immigration. "La France doit accueillir moins d'étrangers pour les intégrer mieux", a-t-il souligné alors qu'il avait rencontré un peu plus tôt dans la journée des membres de la police aux frontières et le maire de Vintimille, en Italie. La ville de Menton, située sur la frontière franco-italienne, est un point de passage pour les clandestins : 22.000 interpellations y sont intervenues depuis janvier dernier. L'ancien Premier ministre avance l'idée d'un traité de "Schengen +", proposition déjà formulée dans Le Figaro Magazine, avec un contrôle systématique des frontières extérieures. ( ID:nL6N0T267E ) Le député a réitéré son souhait de voir instaurés des quotas d'immigration annuels par un vote au Parlement et d'un durcissement des conditions de l'immigration familiale. "Je propose qu'aucune prestation d'aide sociale, d'allocation familiale ou d'aide au logement ne soit versée à ceux qui résident régulièrement en France depuis moins de deux ans", a-t-il dit sous les applaudissements. Francois Fillon a déclaré que si la Cour européenne des droits de l'Homme sanctionnait la France dans l'hypothèse de telles dispositions, cette dernière s'en affranchirait pour y adhérer à nouveau "avec des réserves". Concernant le droit d'asile, il prône un raccourcissement du délai d'instruction des dossiers à six mois maximum "et non deux ans comme aujourd'hui" et une refonte de l'hébergement des requérants dans des centres dédiés et non des hôtels. (Matthias Galante, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.