Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Exécution du CICE revue en baisse par le comité de suivi

Reuters30/09/2014 à 14:25

* Le comité de suivi du CICE rend son deuxième rapport * Il prévoit 10,6 mds euros rendus au titre de 2013 * Le CICE est censé atteindre 20 mds en vitesse de croisière PARIS, 30 septembre (Reuters) - Le comité de suivi du Crédit d'impôt compétitivité-emploi (CICE) revoit à la baisse les résultats de la mise en oeuvre de ce mécanisme, qui a désormais un an d'existence effective. Evalué à 13 milliards d'euros dans les prévisions initiales, fin 2012, le montant du CICE au titre de 2013 ne devrait être que de 10,8 milliards d'euros rendus aux entreprises, lit-on dans son deuxième rapport, rendu public mardi. Ce montant correspond à la créance fiscale acquise par les entreprises au titre de 2013 sur la base des salaires bruts inférieurs à 2,5 smic. Mais ce crédit d'impôt peut être reporté sur plusieurs années. La part effectivement "consommée" en 2014 pourrait ainsi n'être que de 6,5 milliards sur l'ensemble de l'année, estime encore le comité sur la base des données fiscales disponibles, alors que la prévision initiale était de 9,9 milliards. Début septembre, les restitutions effectivement validées s'élevaient provisoirement à 5,15 milliards d'euros. L'année écoulée a constitué "une période de découverte et d'apprentissage" pour les entreprises, qui ont longtemps eu une "posture d'observation, voire d'attentisme" vis-à-vis de ce mécanisme censé contribuer au rétablissement de leur marge, analysent les auteurs du rapport. "En conséquence, il est sans doute trop tôt pour juger des pleins effets du CICE", qui "restent à venir", estiment-ils. Début septembre, les montants de CICE effectivement déclarés à l'administration fiscale s'élevaient à 8,7 milliards d'euros, pour 713.000 redevables, selon des données provisoires. L'écart avec les prévisions est notamment imputé par le comité de suivi au fait que des entreprises ne clôturent leurs comptes que plus tard dans l'année, à des retards de déclaration, voire à de la négligence ou des oublis. L'INVESTISSEMENT AVANT L'EMPLOI Selon le rapport, plus de 40% du CICE effectif concernent des micro-entreprises, pour un montant moyen de 2.753 euros, ou des PME, pour une moyenne de 25.000 euros. Le reste se répartit entre les entreprises de taille intermédiaire (22,5%, près de 500.000 euros en moyenne) et les grandes entreprises (35,2%, pour un montant moyen de plus de 12 millions d'euros). Selon une enquête de conjoncture de l'Insee, 52% des entreprises des services et 58% de celles de l'industrie déclarent vouloir utiliser majoritairement le CICE pour l'investissement. ID:nL6N0RJ3U9 Dans la même enquête, 48% des entreprises de services et 34% de celles de l'industrie estimaient que le CICE aurait un impact sur l'emploi. Mais, souligne le rapport, il s'agit plus souvent de préserver des emplois et de former des collaborateurs que de recruter de nouveaux salariés. Le CICE s'élevait à 4% de la masse des salaires inférieurs à 2,5 smic pour les rémunérations versées en 2013. Ce taux est désormais passé à 6%. Les entreprises bénéficient effectivement du crédit d'impôt à partir de l'année suivant le versement des salaires qui ont servi à son calcul. Cependant, un système de préfinancement piloté par la Banque publique d'investissement (BPI) permet aux entreprises qui en ont besoin de bénéficier d'un apport de trésorerie dès l'année de versement des salaires, notamment les PME. Plus de 15.000 entreprises ont recouru à ce système pour l'année 2013, pour un montant total de 1,5 milliard d'euros, précise le comité. En 2014, plus d'un milliard d'euros de préfinancements ont déjà été accordés en huit mois. Le CICE est censé atteindre 20 milliards d'euros par an lorsqu'il aura achevé sa montée en puissance. Il est complété par les allègements de charges prévus, à peu près pour le même montant, par le pacte de responsabilité. (Emmanuel Jarry)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.