Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Emmanuel Macron en passe de quitter le gouvernement

Reuters30/08/2016 à 14:03
    * Le ministre devrait remettre sa démission mardi après-midi 
    * Un départ attendu après une série de transgressions 
    * Il devrait se consacrer à son mouvement "En Marche" 
    * Ses intentions pour la présidentielle restent un mystère 
 
 (Actualisé avec déclarations, contexte) 
    PARIS, 30 août (Reuters) - Le ministre de l'Economie 
Emmanuel Macron devait présenter mardi après-midi sa démission à 
François Hollande, reprenant sa liberté en vue de l'élection 
présidentielle de 2017 pour laquelle ses intentions restent 
inconnues. 
    L'ancien banquier d'affaires, âgé de 38 ans, devait 
s'entretenir avec le chef de l'Etat à 15h00 à l'Elysée, selon 
une de ses sources proches, qui a confirmé des informations des 
Echos, de Marianne et de BFM TV. 
    Après des mois de rumeurs et de démentis, Emmanuel Macron a 
donc décidé de se consacrer pleinement à son mouvement politique 
"En Marche!" lancé le 6 avril, avec l'intention affichée d'aller 
"jusqu'à 2017 et jusqu'à la victoire". 
    Sa nomination à Bercy le 26 août 2014, en remplacement 
d'Arnaud Montebourg, avait été une surprise. Il maintient 
aujourd'hui le mystère sur ses ambitions futures : fer de lance 
de François Hollande ou cavalier seul ? 
    Il a d'ores et déjà exclu de concourir à la primaire de la 
gauche pour la présidentielle et a toujours fait valoir sa 
loyauté envers le chef de l'Etat, auquel il doit sa mise sur 
orbite politique. 
    Le Premier ministre Manuel Valls, qui ne cachait plus son 
exaspération depuis des semaines face à l'émancipation de ce 
trublion, l'avait accusé de "céder aux sirènes du populisme" 
après un meeting à la Mutualité le 12 juillet, deux jours avant 
l'intervention du chef de l'Etat pour la fête nationale. 
    François Hollande l'avait alors rappelé aux règles de la 
solidarité gouvernementale : "Respecter ces règles, c'est rester 
au gouvernement, ne pas les respecter, c'est ne pas y rester." 
    Le ministère de l'Economie s'est refusé à tout commentaire 
sur le calendrier et le scénario du départ d'Emmanuel Macron, 
qui était attendu et devrait s'accompagner d'une campagne  
médiatique, avec notamment la publication d'un ouvrage. 
    "Il a décidé de se mettre en marche dans une direction que 
nous ignorons encore. Ne spéculons pas", a commenté sur iTELE le 
porte-parole du PS, Olivier Faure. 
    Tenant d'une approche libérale qui hérisse l'aile gauche du 
Parti socialiste, une formation dont il n'est pas membre, 
l'ancien inspecteur des Finances irritait au sein de la majorité 
où ses transgressions idéologiques, ses formules polémiques sur 
les salariés des abattoirs Gad "illettrés" par exemple, étaient 
perçues comme autant de provocations. 
     
    "MONSTRES POLITIQUES" 
    Il avait défendu avec difficulté en 2015 au Parlement sa loi 
"pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances 
économiques", finalement adoptée via l'article 49-3 de la 
Constitution. 
    "Dans un moment où le clivage gauche-droite s'affirme de 
manière brutale (...), sa capacité à rester audible devenait 
compliquée puisqu'il avait fait le choix d'emprunter un chemin 
particulier qui est celui du ni droite ni gauche", a commenté 
Olivier Faure sur BFM TV. 
    Pour le député européen Jean-Luc Mélenchon, cofondateur du 
Front de gauche, cette démission "pour être candidat" est un 
nouveau coup porté à François Hollande qui, écrit-il dans un 
tweet, "ne produit que des monstres politiques". 
    Pour le député socialiste "frondeur" Laurent Baumel, la 
décision d'Emmanuel Macron "signe l'affaiblissement incroyable" 
du président de la République, qui dira à la fin de l'année s'il 
se présente en 2017. 
    L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (Les 
Républicains) a déclaré sur BFM TV déplorer dans le départ 
annoncé d'Emmanuel Macron "un problème supplémentaire pour notre 
économie". 
    "Il ne s'est pas beaucoup occupé d'industrie, il ne s'est 
pas beaucoup occupé des Français sauf parfois pour les insulter, 
les traiter d'illettrés. Il a d'abord pensé à sa carrière 
personnelle et je pense que sa démission en est le symbole", a 
réagi le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, lors 
de sa conférence de presse de rentrée. 
    "Un ministre-clé du dispositif de François Hollande qui part 
dans la dernière ligne droite du quinquennat, ça peut être vu 
comme faisant désordre, un signe supplémentaire d'une majorité 
présidentielle balkanisée", a dit à Reuters Frédéric Dabi 
(Ifop). 
    "Pour Macron, l'enjeu est de transformer une forte 
popularité en intentions de vote mais la tâche est rude, d'abord 
parce qu'il n'est pas bien vu à gauche, et que sa popularité à 
droite ne se transforme pas forcément en voix", a-t-il ajouté. 
 
 (Sophie Louet avec Emmanuel Jarry, Jean-Baptiste Vey, Yann Le 
Guernigou, Ingrid Melander) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.