Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Déficit budgétaire de l'Etat estimé à 85,6 mds en 2014

Reuters15/01/2015 à 17:47

* Recul du déficit hors investissements d'avenir, à 73,6 mds * Baisse des dépenses de l'Etat par rapport à 2013 * L'Etat doit faire des choix dans ses missions, dit Migaud (Actualisé avec éléments complémentaires) par Jean-Baptiste Vey PARIS, 15 janvier (Reuters) - Le déficit du budget de l'Etat français a atteint 85,6 milliards d'euros en 2014, selon les résultats provisoires publiés jeudi, un résultat qui conforte la prévision d'un déficit public à 4,4% du produit intérieur brut, selon le ministre des Finances. Le déficit devrait ainsi être inférieur de 3,4 milliards d'euros au niveau retenu dans la loi de finances rectificative de fin 2014 (89,0 milliards), précisent le ministère des Finances et le secrétariat d'Etat au Budget dans un communiqué. En 2013, le déficit de l'Etat s'était élevé à 74,9 milliards d'euros. En 2014, il a été de 73,6 milliards hors programme d'investissements d'avenir (PIA), précise le ministère des Finances, soit une baisse de 1,3 milliard d'euros l'an dernier. Ce chiffre est plus pertinent selon le ministère pour comparer les deux années car les 12 milliards d'euros de dépenses d'investissements d'avenir réalisées l'an dernier sont des transferts vers les opérateurs qui sont centralisés sur le compte du Trésor et n'ont pas d'impact sur le déficit public. "Tout ceci, à ce stade, conforte la prévision de solde public pour 2014, toutes dépenses publiques, à 4,4% du PIB", a déclaré à Reuters le ministre des Finances, Michel Sapin. En 2013, le déficit public, qui comprend les comptes de l'Etat, des administrations de sécurité sociale et des collectivités locales, avait été de 4,1%, un niveau que le gouvernement prévoit de retrouver fin 2015 et qui reste loin de la limite européenne de 3%. Un point de PIB correspond à une vingtaine de milliards d'euros. Le niveau du déficit public de 2014 sera annoncé le 26 mars. La Commission européenne, qui rendra en mars son avis sur la politique budgétaire de la France, a ouvert la porte à la possibilité pour le pays d'échapper à des sanctions dans le cadre de la procédure de déficit excessif, en la conditionnant à la mise en oeuvre de réformes importantes. ID:nL6N0US3WS LA BAISSE DES DÉPENSES SALUÉE Michel Sapin a souligné que les dépenses de l'Etat ont été inférieures de 3,3 milliards d'euros l'an dernier à ce qu'elles avaient été en 2013, hors charge de la dette et pensions. Elles ont atteint 276,7 milliards d'euros. "C'est la première fois que de manière aussi significative, la maîtrise et la diminution de la dépense de l'Etat s'inscrit dans les faits", souligne-t-il. "On n'est pas dans la maîtrise de la hausse, on est vraiment dans de la baisse." La dépense totale de l'Etat hors éléments exceptionnels, s'est élevée à 364,8 milliards d'euros, soit 4,0 milliards de moins qu'en 2013. La charge de la dette a baissé de 1,7 milliard grâce au recul du coût d'emprunt sur les marchés financiers. Les recettes fiscales ont atteint 274,3 milliards d'euros, en baisse par rapport aux 284,0 milliards de 2013 en raison notamment de l'impact du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) sur l'impôt sur les sociétés. Les recettes non fiscales ont atteint 13,9 milliards, après 13,7 milliards en 2013. Le premier président de la Cour des comptes a estimé jeudi que la France devait faire des choix dans les missions de l'Etat et des collectivités publiques pour redresser ses finances. "L'Etat ne peut pas se permettre de poursuivre des missions dont l'utilité n'est plus démontrée", a déclaré Didier Migaud, et "il ne peut pas rester organisé comme il a pu l'être au XXe, voire au XIXe siècle". ID:nL6N0UU1WS

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.