Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Charlie Hebdo, temple de la provocation, frappé au coeur

Reuters07/01/2015 à 18:11

* Cabu, Wolinski tués dans l'attentat * "Charlie" poursuivi pour ses caricatures * Charb refusait de "vivre à genoux" par Sophie Louet PARIS, 7 janvier (Reuters) - "On a vengé le prophète Mohamed, on a tué Charlie Hebdo!", ont lancé mercredi les auteurs de l'attentat meurtrier à Paris contre l'hebdomadaire satirique dont les figures emblématiques ont trouvé la mort dans cette attaque sans précédent. Les caricaturistes Charb, directeur de la publication, Cabu, directeur artistique, Wolinski, Tignous, unis dans leur rejet de toutes les religions, figurent au nombre des victimes de l'attentat, qui a fait au moins 12 morts. "C'est toute l'équipe historique de Charlie Hebdo qui a été tuée", a réagi Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche, qui s'est rendu sur les lieux. "Charb, dont on nous dit qu'il a été exécuté, était continuellement menacé, il savait qu'il était visé", a précisé pour sa part Jean-Luc Mélenchon, lui aussi présent. Le policier chargé de la protection de Charb a été tué dans la rédaction par les assaillants, a-t-on indiqué de sources policières. L'attentat n'a pour l'heure pas été revendiqué. Emanation de la génération Hara-Kiri, qui a apporté un ton libertaire et irrévérencieux dans la presse française, Charlie Hebdo, dans sa version hebdomadaire, fut lancé en 1969 par l'équipe de Cavanna, Choron et Delfeil de Ton, puis relancé dans sa version actuelle en juillet 1992. Sous la plume acérée et caustique de Siné, Gébé, Willem, Wolinski, Cabu, Charb, Oncle Bernard (l'économiste Bernard Maris, tué dans l'attentat), Luz, Tignous..., le catholicisme, l'islamisme, le judaïsme, les partis politiques, l'extrême droite au premier chef, sont tournés en dérision dans une publication se revendiquant de la "gauche plurielle". Taxé d'islamophobie, Charlie Hebdo s'est attiré les critiques, voire les foudres des représentants du culte musulman en France à partir de février 2006 avec la publication des caricatures de Mahomet du journal danois Jyllands-Posten, qui avaient provoqué de vives protestations dans le monde musulman. "MOURIR DEBOUT" "Il n'y a que trois 'Une' qui ont fait scandale, toujours sur l'islam", témoignait Charb en 2012 dans Le Monde. "Il faut continuer jusqu'à ce que l'islam soit aussi banalisé que le catholicisme", ajoutait-il. "Je n'ai pas l'impression d'égorger quelqu'un avec un feutre", ajoutait-il, alors que plusieurs responsables politiques, de droite comme de gauche, ont défendu la liberté d'expression de "Charlie" tout en dénonçant des "excès". En 2006, le Conseil français du culte musulman (CFCM), notamment, avait demandé l'interdiction du numéro jugé blasphématoire. L'hebdomadaire a été poursuivi par la Grande Mosquée de Paris, l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) et la Ligue islamique mondiale. Le procès s'est soldé par une relaxe en mars dernier. Les autorités religieuses musulmanes françaises ont unanimement dénoncé mercredi "une déclaration de guerre", "un acte de barbarie". Le siège de l'hebdomadaire, alors dans le XXe arrondissement, avait été incendié en novembre 2011 après l'annonce de la sortie d'un numéro baptisé «Charia Hebdo», avec «Mahomet rédacteur en chef». Le sinistre n'avait pas fait de blessé. Le site internet du journal avait été piraté. Depuis ces événements, la rédaction, qui avait déménagé dans un immeuble du XIe arrondissement, sans signe distinctif, bénéficiait d'une protection policière. "Je ne savais pas que c'était Charlie Hebdo. Il y avait un camion et une voiture de police jour et nuit devant depuis des mois, mais ça avait été levé il n'y a pas longtemps", a déclaré un habitant à Reuters. Quelques minutes avant l'attaque, survenue vers 11h00 (10h00 GMT), la rédaction avait posté sur son compte Twitter un dessin d'Honoré représentant le chef de l'Etat islamique Abou Bakr al Baghdadi, sous la phrase "Meilleux voeux, au fait". Sur les réseaux sociaux, les réactions négatives envers Charlie Hebdo voisinaient mercredi avec les hommages : "C'est bien fait pour Charlie Hebdo. A force de jouer avec le feu, on se brûle", peut-on lire notamment. "C'est peut-être un peu pompeux ce que je vais dire, mais je préfère mourir debout que vivre à genoux", avait déclaré Charb en 2012 dans Le Monde. (avec Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.