Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Cazeneuve défend l'évacuation de la "jungle" de Calais

Reuters22/02/2016 à 11:12
    * Cazeneuve souhaite éviter des violences 
    * Un référé contre l'arrêté d'expulsion examiné mardi 
    * Gallois réclame que l'Etat y associe les ONG 
 
    PARIS, 22 février (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur, 
Bernard Cazeneuve, a défendu le caractère "humanitaire" de 
l'évacuation des migrants d'une partie de la "jungle" de Calais 
prévue mercredi face aux critiques des associations, qui 
réclament son report. 
    "L'État n'a jamais déployé autant d'efforts humanitaires 
pour améliorer la situation à Calais", déclare-t-il dans une 
interview publiée lundi dans La Voix du Nord. 
    "Le recours à la contrainte n'est pas l'option que nous 
souhaitons privilégier. Il s'agit d'une opération humanitaire où 
nous proposons des solutions à tous. Le nombre de places 
offertes pour mettre à l'abri les migrants est suffisant pour 
accueillir tout le monde", ajoute-t-il. 
    Le tribunal administratif de Lille doit examiner mardi un 
référé déposé par plusieurs associations contre l'arrêté 
d'expulsion, qui vise la partie sud de la "jungle", un 
bidonville de la périphérie de Calais où se massent des milliers 
de migrants en quête d'un passage vers la Grande-Bretagne . 
    Elles affirment que l'opération a été décidée sans proposer 
des solutions alternatives suffisantes, estimant notamment que 
le nombre de migrants concernés, de l'ordre d'un millier selon 
l'Etat, est en réalité plus de trois fois plus élevé. 
    Sur France Inter, Louis Gallois, qui préside la Fédération 
nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale, 
a réclamé que l'Etat y associe les organisations humanitaires. 
    "Nous ne sommes pas contre le fait que l'on réduise le 
nombre de personnes qui vivent sur la lande dans des conditions 
inacceptables, nous souhaitons simplement que cela se fasse dans 
l'ordre et dans des conditions dignes qui offrent aux personnes 
concernées un avenir", a-t-il dit. 
    "Ceci n'est possible que si ça se fait en coordination avec 
des associations qui sont quotidiennement au contact de ces 
populations. Ce n'est pas le cas aujourd'hui", a-t-il ajouté en 
demandant la création d'un "comité de pilotage entre l'Etat et 
les associations pour faire ça dans l'ordre". 
     
    UN CAMP MOINS PEUPLE 
    Pour Louis Gallois, "ça prendra du temps et ça ne peut pas 
se faire d'ici mercredi". 
    Le risque, selon lui, est de "retrouver une partie de ces 
personnes dans les camps qui sont au nord de Calais jusqu'à la 
frontière belge et, maintenant vous le savez, en Belgique". 
    Environ 4.000 migrants, d'après les associations, sont 
aujourd'hui présents à Calais. Ils étaient encore quelque 6.000 
en décembre dernier. 
    La préfecture du Pas-de-Calais souhaite à terme réduire le 
nombre de migrants à environ 2.000, 1.500 dans le camp aux 
normes humanitaires et 500 dans le centre d'accueil de nuit pour 
les femmes et les enfants. 
    Bernard Cazeneuve a d'autre part réagi aux déclarations du 
Premier ministre britannique David Cameron, qui a brandi la 
menace d'un arrêt des contrôles d'immigration côté français si 
les électeurs britanniques votaient en faveur d'une sortie de 
l'Union européenne. 
    La renégociation des accords franco-britanniques du Touquet, 
qui ont établi ces contrôles, "n'est pas à l'ordre du jour", 
dit-il à La Voix du Nord, alors que c'est une demande des 
autorités régionales présidées par Xavier Bertrand (LR). 
    "Repousser la frontière de l'autre côté de la Manche 
n'empêcherait en rien la formation d'un campement de ce côté-ci 
de la Manche (...) Par ailleurs, les Britanniques, qui ne sont 
pas dans l'espace Schengen pourraient aisément refouler à leur 
frontière ceux qui voudraient la traverser". 
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.