1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Cazeneuve défend l'état d'urgence, des mosquées fermées

Reuters02/12/2015 à 20:29
    * 2.235 perquisitions administratives, 334 armes saisies 
    * Quatre mosquées fermées depuis la semaine dernière 
 
 (Actualisé avec Valls sur France 3) 
    PARIS, 2 décembre (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur, 
Bernard Cazeneuve, a défendu mercredi l'état d'urgence que des 
responsables politiques et syndicaux commencent à critiquer, 
s'inquiétant de possibles dérives sans lien avec la lutte contre 
le terrorisme.   
    "C'est le terrorisme qui menace les libertés aujourd'hui, ce 
n'est pas l'état d'urgence", a-t-il dit dans une déclaration à 
la presse, affirmant que l'état d'urgence "ne signifie en rien 
l'abandon de l'état de droit".  
    "Nous combattons le terrorisme et nous le vaincrons avec les 
armes de la République", a-t-il ajouté. 
    Pour souligner l'efficacité de ce dispositif d'exception, 
Bernard Cazeneuve a annoncé que 2.235 perquisitions 
administratives avaient été effectuées depuis le début de 
l'application de l'état d'urgence renouvelé pour trois mois. 
    Lors de ces opérations policières, 232 personnes ont été 
placées en garde à vue, 334 armes ont été saisies, dont 34 de 
guerre, et 330 personnes ont été assignées à résidence. 
    Le ministre a souligné que ces perquisitions avaient permis 
de mettre en 15 jours la main sur un tiers du volume des armes 
de guerre habituellement saisies en un an. 
    Il a annoncé que trois mosquées avaient été fermées depuis 
la semaine dernière, en particulier celle de Lagny-Sur-Marne 
(Seine-et-Marne) visée mercredi par une vaste opération de 
police et connue pour ses prêches radicaux.    
    Il a ajouté plus tard, lors des questions au gouvernement, 
qu'une quatrième mosquée avait été fermée, à Nice. 
    "De telles mesures de fermeture de mosquées pour motifs de 
radicalisation (...) n'avaient jamais été prises auparavant par 
aucun gouvernement, y compris en 2005 pendant l'état d'urgence" 
instauré lors d'émeutes, a-t-il souligné devant la presse. 
    Concernant les prédicateurs radicaux, 65 d'entre eux ont été 
expulsés depuis 2012 et 34 depuis début 2015. Six déchéances de 
nationalité ont été décrétées pour terrorisme depuis 2012. 
     
    PROLONGATION POSSIBLE ?  
    Le gouvernement a indiqué qu'il n'écartait pas la 
possibilité de prolonger l'état d'urgence lorsque les trois mois 
initialement fixés après les attentats du 13 novembre seront 
écoulés. 
    Mais l'ancien Premier ministre de droite Dominique de 
Villepin a plaidé mercredi pour la fin de cette mesure 
d'exception susceptible, selon lui, de favoriser le Front 
national. 
    "L'état d'urgence doit se limiter à la période qui, 
véritablement, correspond à celle de l'urgence", a-t-il dit sur 
BFM TV, jugeant qu'il était dangereux de "se priver de l'appui 
judiciaire".  
    "On voudrait donner les clés de notre pays au Front 
national, on ne ferait pas mieux", a-t-il ajouté. 
    Des députés de gauche qui ont voté l'état d'urgence n'en ont 
pas moins lancé un appel à la "vigilance citoyenne", afin que 
d'éventuels cas de "dérives" leur soient signalés. 
    Bernard Cazeneuve a souligné que plusieurs niveaux de 
contrôle existaient pour éviter de telles dérives, notamment les 
recours devant les tribunaux administratifs et le contrôle 
parlementaire "absolument inédit". 
    La commission des Lois de l'Assemblée a décidé mercredi de 
mettre en place une "veille parlementaire" pour la durée 
d'application de l'état d'urgence décrété à la suite des 
attentats de Paris et prolongé pour trois mois.   
    "Il est normal dans une démocratie, dans un état de droit, 
que les citoyens, la presse, les associations, les 
parlementaires (...) puissent contrôler régulièrement l'action 
de la police", a estimé dans la soirée le Premier ministre 
Manuel Valls sur France 3.  
    "Mais vous comprenez bien que le gouvernement, l'Etat, 
poursuivront avec une très grande détermination cette action, 
parce qu'il en va de la protection et des libertés des 
Français". 
 
 (Gérard Bon, avec Sophie Louet et Jean-Baptiste Vey, édité par 
Yves Clarisse et Chine Labbé) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.