1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Brésil : Planète bleue sur fond jaune et vert
So Foot12/07/2018 à 12:00

France-Brésil : Planète bleue sur fond jaune et vert

Face à une équipe de France qui poursuit son rêve de sacre à domicile, le Brésil cherchera lui à décrocher sa cinquième étoile. Entre la fébrilité défensive des Auriverdes et le roc bleu, la Ronaldo dépendance de la Seleção et la force collective tricolore, les débats ne seront peut-être pas aussi équilibrés qu'on veut le croire.

FranceBrésil
12/07/1998
Coupe du monde - Finale

Le Brésil ne peut pas être champion du monde. Impossible. Trop de buts encaissés... L'hémorragie s'est déclarée il y un an, le 30 mai 1997 à Oslo. La Seleção s'est fait moucher 4-2 contre la Norvège. Même en match amical, prendre quatre buts c'est beaucoup trop. En juin 1997, le Brésil a enquillé sur un Tournoi de France où il a pris encore quatre buts, mais en trois matchs : 1-1 face à la France, 3-3 contre l'Italie puis victoire 1-0 sur l'Angleterre. Jusque-là, la puissance de feu de devant (Romário, Ronaldo, Edmundo, Denilson) avait masqué les insuffisances défensives. Et même si au début de cette Coupe du monde 1998, l'immense Romário ne figurait plus parmi les sélectionnés du coach Mário Zagallo, Rivaldo et Bebeto ont complété une ligne d'attaque redoutable guidée par Ronaldo.

Ronaldo en 40 photos

Sauf que... En se hissant en finale, parfois avec brio, ce Brésil a encore trop cédé en défense : sept buts encaissés en six matchs. En poule, la Norvège a encore battu le onze auriverde (2-1), en quarts le Danemark a souvent trouvé la faille malgré une défaite (3-2), et en demies, Kluivert a gagné presque tous ses duels aériens dans la boîte, égalisant même

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer