Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Balladur met en garde Sarkozy pour la présidentielle

Reuters08/06/2015 à 19:28

PARIS, 8 juin (Reuters) - L'ancien Premier ministre Edouard Balladur, qui fut le mentor de Nicolas Sarkozy, met en garde le président des Républicains contre tout triomphalisme pour la primaire de 2016 à droite en rappelant que le soutien d'un parti ne suffit pas à la victoire. L'ancien chef de l'Etat, dont la cote de confiance auprès des Français décline, a comparé à Edouard Balladur Alain Juppé, son rival le plus sérieux pour l'investiture présidentielle, après que ce dernier eut revendiqué l'appui de l'opinion. "J'en suis flatté, j'ignore s'il l'est aussi. Comme à l'époque, ce qui est en jeu, c'est de proposer, non un immobilisme prétendument social, mais une réforme ambitieuse, et de ne pas décevoir aussitôt élu", déclare Edouard Balladur dans une interview diffusée lundi sur le site de L'Opinion. L'ancien Premier ministre, favori des sondages pour la présidentielle de 1995 face à Jacques Chirac, alors président du RPR, avait été éliminé dès le premier tour, son rival l'emportant finalement aux dépens du socialiste Lionel Jospin. "Comme à l'époque, si le soutien d'un parti est indispensable, celui de l'opinion ne l'est pas moins. N'oublions pas qu'en 1974, c'est celui qui avait le soutien du parti qui a perdu!", souligne Edouard Balladur, évoquant le duel à droite entre Valéry Giscard d'Estaing, vainqueur de la présidentielle face à François Mitterrand, et Jacques Chaban-Delmas, candidat de l'UDR. "Nicolas Sarkozy a le parti. Moi, pour l'instant j'ai l'opinion, et j'organise ma petite PME. Parfois il arrive que des PME performantes soient plus efficaces que des grandes entreprises du CAC 40", avait déclaré le 31 mai Alain Juppé au "Grand Rendez-vous" Europe 1/iTELE/Le Monde, au lendemain d'un congrès houleux où des militants sarkozystes l'avaient sifflé. Réplique le soir même de Nicolas Sarkozy sur France 2 : "Ce n'est pas moi qui vais en vouloir à Alain Juppé de dire cela, puisqu'il m'était arrivé de dire la même chose lorsque je soutenais Edouard Balladur contre Jacques Chirac, avec le résultat que vous connaissez". Alain Juppé a depuis répété ne pas vouloir "refaire le match de 1995". (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.