Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Au Mans, Emmanuel Macron esquisse sa "société du choix"

Reuters11/10/2016 à 23:11
    LE MANS, 11 octobre (Reuters) - Emmanuel Macron a proposé 
mardi au Mans (Sarthe) que les salariés qui démissionnent 
bénéficient eux aussi de l'assurance chômage, une illustration 
de la "société du choix" qu'il compte défendre, même s'il n'a 
toujours pas précisé s'il serait candidat à l'élection 
présidentielle de 2017. 
    "Nous pourrions déconnecter les droits de l'assurance 
chômage de la détention du poste occupé, et du fait même d'être 
licencié", a dit l'ancien ministre de l'Economie, pour en finir 
avec "un système très hypocrite" qui réserve les allocations de 
Pôle Emploi aux seuls salariés ayant été licenciés ou ayant 
bénéficié d'une rupture conventionnelle. 
    L'ancien conseiller de François Hollande, qui s'est érigé 
"contre le système", a plus généralement proposé de 
déréglementer l'économie française, au cours de cette deuxième 
soirée de restitution du "diagnostic" qu'il a dressé de la 
France depuis son départ du gouvernement, fin août. 
    L'initiateur du mouvement "En Marche !" a ainsi critiqué 
"l'incontinence normative" qui a cours actuellement en France.  
    "Nous percevons souvent les normes comme des boucliers, avec 
les meilleures intentions du monde, mais, en fait, ce sont des 
murailles qui rendent encore plus difficile l'accès à l'emploi 
stable", a déclaré Emmanuel Macron lors d'un discours-fleuve de 
deux heures et 45 minutes. 
    "Il faut continuer de lever les verrous à l'embauche et 
donner de la visibilité et de la stabilité aux chefs 
d'entreprise", a-t-il ajouté.  
    "C'est pour cela que je me suis battu sur les prud'hommes et 
que je continuerai de le faire, dans un esprit de justice et 
d'efficacité." 
    L'ex-banquier d'affaires, qui a présenté "la sécurité" comme 
l'une de ses priorités, a aussi proposé de rétablir la "police 
de proximité" mise en place par Jean-Pierre Chevènement sous le 
gouvernement Jospin. 
    "Cette police de proximité n'était ni une utopie laxiste, ni 
un gadget de communication", considère Emmanuel Macron.  
    "Quel que sera le nom qu'on lui redonnera, (...) il faudra 
lui donner des moyens, (...) lui permettre de créer, avec les 
Français, un lien de confiance." 
     
    PAS DE "COURSE À LA PROPOSITION" 
    Ces propositions sont les deux seules annonces vraiment 
marquantes qu'a faites mardi Emmanuel Macron, qui s'est défendu 
de participer à une "course à la proposition" par "hygiène 
démocratique". 
    "Même ceux qui en ont fait 200 ou 300 ont besoin d'en 
inventer une 201e ou une 202e pour pouvoir occuper l'actualité", 
a raillé l'ancien ministre de l'Economie.  
    "A la fin, plus personne ne sait qui a proposé quoi et nous 
sommes dans une cacophonie de propositions. Ce jeu ne 
m'intéresse pas : ce que nous avons à construire, ce sont des 
solutions à des problèmes identifiés." 
    Emmanuel Macron, qui s'exprimait sur les terres de Stéphane 
Le Foll, porte-parole du gouvernement et proche du président de 
la République François Hollande, sera à Montpellier le 18 
octobre pour poursuivre la restitution de son "diagnostic" du 
pays. 
    Son meeting a été précédé d'un message du député européen 
Jean Arthuis (UDI), l'un de ses prédécesseurs à Bercy 
(1995-1997) dans le gouvernement d'Alain Juppé, séduit par les 
"motifs d'espoir" que lui inspirent sa démarche et son 
"engagement européen". 
    Parmi les personnes venues écouter Emmanuel Macron au Mans 
se trouvait notamment Caroline Tisserat, une mère de famille 
venue en compagnie de son fils de 20 ans. 
    "C'est quelqu'un qui fascine un peu, mais on ne le connaît 
pas", a déclaré à Reuters cette conseillère téléphonique de 51 
ans qui vote habituellement "plutôt à droite".  
    "Mais on retrouve chez lui l'énergie qu'il y avait chez 
Nicolas Sarkozy en 2007." 
    "Je suis venu pour découvrir le personnage : c'est quelqu'un 
de jeune, qui n'est pas trop marqué par un long parcours 
politique", estime Bruno, un avocat manceau de 67 ans assistant 
à son "premier meeting" et ne souhaitant pas donner son nom de 
famille.  
    "Après, j'attends de voir : je n'ai pas été ébahi par son 
action au gouvernement, où il n'a pas fait grand-chose." 
 
 (Guillaume Frouin, édité par Myriam Rivet) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.