Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Amendement Ayrault mort-né selon le patron des députés PS

Reuters13/11/2015 à 13:27

(Actualisé avec Le Foll) PARIS, 13 novembre (Reuters) - L'amendement déposé par l'ancien Premier ministre socialiste Jean-Marc Ayrault sur la contribution sociale généralisée (CSG), voté jeudi à l'Assemblée nationale, est "mal ficelé" et ne sera pas appliqué, a déclaré vendredi le chef de file des députés PS. Interrogé sur Europe 1, Bruno Le Roux a jugé les socialistes "incorrigibles" et déploré la diversion créée par l'adoption par seulement 35 voix contre 21 de cet amendement "dont les Français ne verront pas l'application, en tout cas pas tout de suite". Cet amendement au projet de loi de finances 2016 crée un abattement de CSG pour les revenus les plus modestes, qui toucheraient par ce biais une partie de la future prime d'activité. Selon ses défenseurs, il constitue un premier pas vers une fusion de la CSG et de l'impôt sur les revenus. ID:nL8N13768V Il était soutenu par 160 députés socialistes (y compris des "frondeurs"), radicaux de gauche et écologistes. Mais le gouvernement et le président du groupe PS à l'Assemblée, Bruno Le Roux, y étaient opposés. "Les finalités qui sont celles de Jean-Marc Ayrault, je les respecte", a déclaré ce dernier à Europe 1. "Simplement, je le dis à tous les socialistes, en matière fiscale faisons attention aux choses qui sont mal ficelées. Or à l'évidence aujourd'hui le dispositif, techniquement, n'était pas bien ficelé." "Je ne veux pas que nous découvrions des effets d'une mesure votée à l'Assemblée nationale qui pourraient être néfastes pour les Français", a-t-il ajouté. "Je pense qu'il y a un problème de constitutionnalité sur cet amendement." A l'issue du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement a lui aussi insisté sur la nécessité de travailler encore sur les retombées et la mécanique du dispositif. DISCUSSIONS "TRÈS COMPLIQUÉES" "Il a des conséquences techniques sur lesquelles tout n'est pas encore parfaitement calé, il faut travailler puisque derrière ça peut avoir des conséquences à la fois sur ce qui peut être versé, sur ce qui pourrait être repris ensuite. Il y a des discussions qui sont techniquement très compliquées", a dit Stéphane Le Foll dans son compte rendu du conseil. Le gouvernement a fait valoir ces dernières semaines que le calcul de l'abattement de CSG n'était pas simple au regard des bases fiscales concernées et que la hausse de revenus nets potentielle pourrait générer des surplus d'imposition sur le revenu, avec in fine un effet contraire à celui recherché. Il avait en outre invoqué une censure, en 2000 par le Conseil constitutionnel, d'un texte visant à rendre la CSG progressive et la méconnaissance, à ce stade, de l'impact financier de la mesure qui pourrait coûter en estimation haute jusqu'à 4 à 4,5 milliards d'euros. "Cet amendement en soi (...) on peut en comprendre l'objectif mais tout n'est pas réglé, c'est pour ça qu'il y aura encore du travail qui sera engagé sur ce sujet, en même temps qu'il y aura aussi sûrement une position du Conseil constitutionnel", a insisté Stéphane Le Foll. Sur le plan politique, là où certains observateurs ont dit voir une revanche de Jean-Marc Ayrault, Bruno Le Roux a suggéré pour justifier l'absence d'une grande majorité des députés socialistes lors du vote, que cela avait été délibéré, pour ménager Jean-Marc Ayrault. "Je n'entendais pas faire battre l'ancien Premier ministre en séance", a-t-il dit. (Emmanuel Jarry, avec Jean-Baptiste Vey et Grégory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.