1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Ambitions réduites sur le "mille-feuille" administratif
Reuters03/07/2015 à 11:48


PARIS, 3 juillet (Reuters) - Les députés français ont adopté vendredi en deuxième lecture le projet de loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République (dite "loi NOTRe") qui redéfinit les compétences des nouvelles régions, des départements et des communes. Ce texte, qui complète la loi ramenant de 22 à 13 le nombre des régions métropolitaines, limite les transferts de compétences des départements aux régions et aux intercommunalités, contrairement aux ambitions initiales du projet du gouvernement qui souhaitait réduire fortement le coûteux "mille-feuille" administratif français. Les groupes PS, écologiste et radicaux de gauche ont voté ce texte dans la nuit de jeudi à vendredi après avoir supprimé de nombreuses dispositions ajoutées par le Sénat, où la droite est majoritaire. Les groupes Les Républicains, UDI (centriste) et Front de gauche ont voté contre. A la demande du gouvernement, les députés ont décidé de transférer aux régions la gestion des transports scolaires alors que le Sénat proposait de les laisser aux départements. L'Assemblée a également rétabli à 20.000 habitants - le Sénat l'avait fixé à 5.000 - le seuil minimal d'une intercommunalité et a décidé que les conseillers intercommunaux seraient élus au suffrage universel direct. Une commission mixte paritaire (CMP) Assemblée-Sénat devrait se réunir prochainement afin de tenter de mettre au point un texte commun aux deux assemblées. Mais elle a peu de chance de réussir et les députés devront procéder le 16 juillet à une nouvelle lecture du projet de loi et les sénateurs le 22. L'Assemblée, qui a constitutionnellement le dernier mot, devrait procéder le 23 ou le 24 juillet à la lecture définitive de ce projet de loi. (Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M9806593
    03 juillet12:07

    surtout protéger les petits pouvoirs locaux des notables politiques et leurs petits arrangements très enrichissants avec les sociétés locales... Une nouvelle usine à gaz, une complexification qui n'arrange que le copinage et la corruption, des coûts qui vont encore exploser... et les impôts avec...vive la France-Afriqu(aine)...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer