Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Alain Juppé et Emmanuel Macron plébiscités pour 2017

Reuters 17/01/2016 à 19:42
    * Le ministre de l'Economie détrône Valls 
    * Hollande et Sarkozy en retrait 
    * Pour Valls, Hollande reste le candidat naturel de la 
gauche 
    * "En l'état, Hollande ne peut pas l'être", réplique Duflot 
    * Hollande prêt à une primaire, selon Julien Dray 
 
 (Actualisé avec Julien Dray) 
    PARIS, 17 janvier (Reuters) - Alain Juppé et Emmanuel Macron 
se disputent les faveurs des Français pour l'élection 
présidentielle de 2017 alors que François Hollande et Nicolas 
Sarkozy sont relégués aux dernières places dans un sondage Odoxa 
publié dans Le Parisien Dimanche. 
    L'ancien Premier ministre, actuel favori de la primaire de 
la droite et du centre de novembre prochain, et le ministre de 
l'Economie, dont la popularité et la liberté de ton irriteraient 
au plus haut point Manuel Valls, selon des sources 
gouvernementales et parlementaires, sont crédités respectivement 
de 57% et 53% de bonnes opinions. 
    Le Premier ministre est en troisième position derrière 
Emmanuel Macron avec 48% de bonnes opinions. Suivent François 
Bayrou (43%), Marine Le Pen (27%) à égalité avec Jean-Luc 
Mélenchon (27%), François Hollande (25%), Nicolas Sarkozy (23%) 
et Cécile Duflot (19%). 
    L'institut, qui a réalisé son enquête les 14 et 15 janvier 
auprès d'un échantillon de 1.001 personnes, a testé plusieurs 
scénarios pour le second tour de l'élection présidentielle. Une 
candidature d'Emmanuel Macron est pour la première fois retenue 
à gauche. 
    Dans l'hypothèse d'une qualification de la présidente du 
Front national pour le second tour, Alain Juppé s'imposerait 
avec 70% des voix. 
    Emmanuel Macron recueillerait 65% des voix, Nicolas Sarkozy 
56% et François Hollande 54%. 
    Christian Estrosi (les Républicains), qui a pris ses 
distances avec Nicolas Sarkozy, a déclaré dimanche qu'il 
soutiendrait pour la primaire "celui qui sera capable comme nous 
l'avons fait en PACA ou dans le Nord de battre Mme Le Pen en 
2017". 
    "Celui qui aura le plus de capacités à réformer le pays, à 
réunir autour des valeurs de la République pour battre Mme Le 
Pen en 2017", a dit le nouveau président de la région 
Provence-Alpes-Côte d'Azur au "Grand rendez-vous" Europe 1-Le 
Monde-iTELE. 
     
    HOLLANDE NE VEUT PAS REVIVRE 2002, DIT DRAY 
    A gauche, où l'idée d'une primaire fait son chemin, 
l'écologiste Cécile Duflot estime dans un entretien publié 
dimanche dans Mediapart qu'"en l'état, Hollande ne peut pas" 
être candidat de la gauche et des écologistes en 2017. 
    "François Hollande tourne le dos à tous les engagements qui 
ont permis le rassemblement victorieux de 2012, seul capable de 
le faire réélire en 2017", juge-t-elle notamment. 
    Invité de l'émission "On n'est pas couché" diffusée dans la 
nuit de samedi à dimanche sur France 2, Manuel Valls a affirmé 
que François Hollande était le "candidat naturel" de la gauche 
pour 2017. 
    "Je pense que le président de la République sortant n'a pas 
à se soumettre à une primaire, qui ne concernera d'ailleurs pas 
toute la gauche", a-t-il déclaré. 
    Seuls deux Français sur dix souhaitent que François Hollande 
se représente en 2017, selon un sondage BVA-Orange-ITELE diffusé 
dimanche. 
    L'idée d'une primaire commune PS-EELV séduit 61% des 
sympathisants de gauche et 45% des Français dans leur ensemble. 
Manuel Valls (43% de l'ensemble des Français, 37% des 
sympathisants de gauche) est en tête des candidats souhaités, 
devant Arnaud Montebourg (26%;19%), Ségolène Royal (21%;21%) et 
Martine Aubry (21%;35%), puis François Hollande (19%;31%). 
    Julien Dray, un proche de François Hollande, a estimé 
dimanche sur BFM TV que le chef de l'Etat était disposé à une 
primaire. 
    "Il est comme tout le monde, il a compris qu'il y a un 
risque d'élimination de la gauche au premier tour de la 
présidence", a expliqué le conseiller régional socialiste 
d'Ile-de-France. 
    "Il a vécu le 21 avril 2002 (...), il n'a pas envie de le 
revivre, il n'a pas envie de le faire revivre à la gauche. Donc, 
oui, la primaire peut être utile pour cela", a-t-il ajouté. 
 
 (Sophie Louet) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.