Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Abandonner l'objectif de 3% est inévitable-Cambadélis

Reuters13/08/2014 à 21:01

(Actualisé avec commentaires sur l'Allemagne §5-9) PARIS, 13 août (Reuters) - Abandonner l'objectif de réduire le déficit public à 3% du PIB fin 2015 est "inévitable", déclare le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, dans entretien publié mercredi sur le site internet du quotidien Les Echos. Face à la panne de croissance touchant la France, que les chiffres du PIB du deuxième trimestre devraient confirmer jeudi matin, les économistes ne croient plus en la capacité du pays de revenir à la limite européenne l'an prochain, comme il s'est engagé à le faire devant ses partenaires. Prié de dire s'il faut abandonner l'objectif de 3% en 2015, Jean-Christophe Cambadélis répond : "C'est inévitable." "Ces seuils ont été fixés avant la crise. Et, aujourd'hui, il y a une nouvelle situation. On est dans une possible déflation. Il faut en tenir en compte. Il faut donner du temps pour réduire le déficit public, pour atteindre cet objectif de 3%", ajoute-t-il. Répondant au président de la Bundesbank, Jens Weidmann, qui presse la France de tenir ses engagements en matière de déficit et d'agir pour créer des conditions favorables à la croissance ( ID:nL6N0QJ1Z4 ), Jean-Christophe Cambadélis estime qu'"il ne faut pas demander la permission" pour ouvrir un débat économique en France et en Europe. "Ce ne serait pas du niveau de la France", ajoute-t-il. "Il faut provoquer le débat. Car que nous dit l'Allemagne? Qu'elle ne voit pas, à cette étape, d'élément nouveau ou majeur conduisant à un changement de la politique économique menée en Europe. Or il y a un changement majeur: c'est la déflation." Quant aux demandes allemandes de réformes en France, "c'est un débat de sourds", explique le numéro un du PS. "La France fait des réformes. Elles ont un prix électoral considérable." "Beaucoup de pays font des efforts. Mais la spirale de l'austérité, qui les a conduits à la récession, produit de nouveaux effets, ceux de la déflation", ajoute-t-il. L'Insee a annoncé mercredi que les prix à la consommation avaient reculé de 0,3% en juillet en France, leur progression sur un an s'inscrivant à 0,5% tout comme en juin, soit le plus bas niveau depuis novembre 2009. ID:nL6N0QI3QG Pour l'entretien : http://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/0203702113302-cambadelis-abandonner-lobjectif-des-3-est-inevitable-1032836.php (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • fbordach
    13 août21:32

    Bienvenue au Kolkhoze! Mince, alors il y aurait une crise. Curieux tout de même, il semblait pourtant à entendre nos socialopithèques qu'il n'y avait pas l'ombre d'une crise avant 2012. Mais alors, s'il y a désormais une crise, c'est peut être tout simplement de leur faute!

    Signaler un abus

  • bordo
    13 août20:59

    C'est la faute à Sarko !

    Signaler un abus

  • jpoche
    13 août19:15

    ah bon il y a une crise ? Pourtant les socialos disaient qu'il n'y en avait pas du temps de Sarkozy. C'est tout dire de leur capacité à mener une politique digne de ce nom.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.