1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

FRANCE 2017-Principales phrases politiques du jour
Reuters12/04/2017 à 18:32

    PARIS, 12 avril (Reuters) - Voici les principales 
déclarations des candidats à la présidentielle française du 
mercredi 12 avril : 
     
    EMMANUEL MACRON, dans les Hautes-Pyrénées, région habituée 
du Tour de France cycliste. 
    "Il faut garder le maillot jaune quand on l'a", a dit le 
candidat d'En Marche! à la presse. "Les sondages ne sont pas des 
étapes du Tour de France. Il n'y en a qu'une, c'est l'arrivée 
finale, c'est dans 11 jours. Et puis, en mai". 
       
    FRANÇOIS FILLON, candidat de la droite et du centre, en 
campagne à Aix-les-Bains (Savoie)  
    Le vélo et la course à pied, "ça permet de faire baisser un 
peu son niveau d'agressivité, du coup on est un peu moins 
agressif vis-à-vis de ceux avec qui on a envie de l'être."  
    "Et c'est un moyen de prévention et de se tenir en forme. Et 
quand je regarde les candidats à l'élection présidentielle, 
franchement je ne veux pas faire ma Marielle Goitschel, je pense 
que je suis le plus en forme, et de loin."  
             
    MARINE LE PEN, sur Radio Classique :  
    Emmanuel Macron "est le défenseur des intérêts privés et des 
banques. Il est le candidat d'un système qui a déjà été mis en 
oeuvre", a dit la présidente du Front national. "Il arrive 
toujours telle l'anguille à être d'accord avec tout le monde". 
     
    JEAN-LUC MÉLENCHON, sur son blog : 
    "De nouveau on annonce avec ma victoire électorale l'arrivée 
de l'hiver nucléaire, des pluies de grenouilles, les chars de 
l'Armée Rouge et le débarquement des Vénézuéliens." 
    "La caste qui hurle à la mort à mon sujet en vient même à 
oublier qu'elle est censée combattre madame Le Pen." 
     
    BENOÎT HAMON, candidat socialiste, en banlieue parisienne, 
en référence à Emmanuel Macron.  
    "Ce qui me fâche, c'est les numéros auxquels j'assiste 
parfois de celles et ceux qui sont champions pour faire un petit 
tour, rapidement si possible, dans les quartiers, s'en aller et 
puis après on l'oublie pendant cinq ans".    
     
    NATHALIE ARTHAUD, candidate de Lutte ouvrière, sur BFMTV/RMC 
:  
    "Je me suis retrouvée, un temps, inscrite à Pôle Emploi." 
     
    BENOÎT HAMON, , dans Les Echos :  
    "Dans cette campagne, il y a trop de comportements immatures 
et puérils." 
 
 (Elizabeth Pineau, Cyril Camu et Simon Carraud, édité par Yves 
Clarisse) 
 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bsdm
    12 avril18:55

    Et le Coming out du petit micron c'est pour quand ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer