Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

FRANCE 2017/PORTRAIT-Les ambitions contrariées de Manuel Valls

Reuters22/01/2017 à 22:06
    * L'ancien favori de la primaire est désormais outsider 
    * Une campagne compliquée pour un élu classé à la droite du 
PS 
    * Il rêve de l'Elysée depuis toujours 
 
    PARIS, 22 janvier (Reuters) - Arrivé en deuxième position au 
premier tour de la primaire, Manuel Valls aura fort à faire pour 
remporter ce scrutin interne et tenter de concrétiser son rêve 
de toujours d'accéder un jour à l'Elysée.  
    Placé derrière Benoît Hamon, lui-même soutenu par Arnaud 
Montebourg, arrivé troisième, l'ancien Premier ministre se 
retrouve en position d'outsider après avoir été longtemps le 
favori des sondages. 
    "Rien n'est écrit", a-t-il déclaré dimanche à ses partisans. 
    "Une nouvelle campagne commence dès ce soir, un choix très 
clair se présente désormais à nous", a-t-il poursuivi, opposant 
sa "victoire possible" à la "défaite assurée" représentée par 
son adversaire, au programme "irréalisable".      
    Libéré par la renonciation de François Hollande, début 
décembre, l'ancien Premier ministre a connu une campagne 
difficile, pris pour cible par ses concurrents socialistes. 
    Longtemps porteur d'idées iconoclastes à gauche, Manuel 
Valls a surpris en présentant un programme économique et social 
consensuel, préférant marquer sa spécificité en insistant sur la 
défense d'une laïcité aujourd'hui selon lui menacée. 
    Lors des débats entre les candidats, il a défendu le bilan 
du quinquennat et s'est heurté à ses concurrents, notamment à 
propos de la politique menée face à la crise des migrants, pas 
assez généreuse aux yeux de Benoît Hamon et de l'ancien ministre 
Vincent Peillon. 
    Bien que placé sur une ligne assez proche de l'ancien 
Premier ministre, ce dernier n'a donné aucune consigne de vote 
pour le second tour.   
    Naturalisé français à l'âge de 20 ans, Manuel Valls a fait 
de la transgression sa marque de fabrique au Parti socialiste. A 
la primaire du PS en 2011, il n'avait obtenu que 5% des voix. 
     
    L'OMBRE DU 49-3 
    Certains proches de François Hollande ne lui pardonnent pas 
d'avoir poussé le chef de l'Etat à renoncer à se présenter. 
    "Je me prépare", avait-il dit fin novembre, trois jours 
avant la renonciation du président, qui n'a depuis exprimé aucun 
souhait concernant l'issue de la primaire. 
    L'aile gauche du PS ne pardonne quant à elle pas à l'ancien 
ministre de l'Intérieur d'avoir soutenu le projet de déchéance 
de nationalité pour les personnes coupables de terrorisme, 
qualifié d'"erreur" par François Hollande lui-même. 
    Les "frondeurs" socialistes se souviennent aussi de son 
passage en force, via l'article 49-3 de la Constitution 
permettant d'adopter des textes sans vote, sur deux projets 
relatifs à la relance de l'économie et au Code du travail. 
    Clivantes aussi, les positions du Premier ministre sur la 
République et le rôle de l'islam en France qui ont notamment 
alimenté le débat de l'été dernier sur le port du "burkini", 
maillot de bain porté par des femmes musulmanes. 
    C'est à Evry, ville populaire de la région parisienne, que 
Manuel Valls, 54 ans, a entamé son ascension politique bâtie sur 
une réputation d'homme à poigne, ébauchée à la fin des années 
1990, peaufinée au ministère de l'Intérieur (2012-14) puis à 
Matignon, où il entre en avril 2014. 
    Classé à l'aile droite du PS, cet homme sec à la gestuelle 
énergique qui pratique la boxe, a été longtemps le ministre le 
plus populaire du gouvernement en s'affichant sans complexe 
comme le "premier flic de France". 
     
    DISCOURS DÉCOMPLEXÉ 
    Avant d'accéder à l'Intérieur, ce Catalan au verbe tranchant 
tenait l'essentiel de son expérience de ses quatre ans au 
cabinet de Lionel Jospin en tant que conseiller pour la 
communication, et de ses mandats de maire d'Evry depuis 2001 et 
de député de l'Essonne depuis 2002. 
    Né en 1962 à Barcelone d'un père espagnol et d'une mère 
hispano-suisse, ce diplômé d'histoire, admirateur de Georges 
Clémenceau, est l'un des rares hommes politiques français à 
avoir acquis la nationalité par naturalisation. 
    "J'ai passé un entretien au commissariat du 4e 
arrondissement de Paris et dû répondre à des questions sur mes 
parents et sur ma vie personnelle", raconte-t-il en mars 2015 au 
Parisien Magazine. "C'est à ce moment-là, sans doute, que la 
question de la nationalité française s'est imposée à moi". 
    Entré à 17 ans au PS, Manuel Valls rallie d'abord Michel 
Rocard et sa "deuxième gauche", avant de devenir jospiniste 
puis, sur le tard, défenseur de François Hollande qu'il rallie 
dès le soir du premier tour de la primaire de 2011. 
    Son discours "décomplexé" et ses positions dérangeantes au 
yeux du PS lui ont valu des inimitiés tenaces, de la maire de 
Lille Martine Aubry à celle de Paris Anne Hidalgo en passant par 
l'ex-ministre de la Justice Christiane Taubira. 
    Son arrivée au gouvernement provoque le départ des ministres 
écologistes, dont Cécile Duflot, en désaccord avec ses positions 
sur le nucléaire ou l'immigration. 
    L'été suivant, en août 2014, les ministres Arnaud Montebourg 
(Economie), Benoît Hamon (Education nationale) et Aurélie 
Filippetti (Culture) quittent son gouvernement après avoir trop 
ouvertement critiqué sa politique économique. 
    Père de quatre enfants, Manuel Valls s'est remarié en 2010 à 
la violoniste Anne Gravoin. 
 
 (Elizabeth Pineau et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves 
Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.