Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

FRANCE 2017-Macron revendique un "discours de vérité" sur l'Algérie

Reuters16/02/2017 à 17:01
    * Macron juge qu'il est "temps de clôturer ce deuil" 
    * Fillon lui reproche "une détestation de notre Histoire" 
    * Le Pen ne voit "rien de plus grave" à dire 
 
 (Actualisé avec réaction de Marine Le Pen) 
    PARIS, 16 février (Reuters) - Emmanuel Macron a revendiqué 
jeudi un "discours de vérité" sur l'Algérie après des 
déclarations sur la colonisation, un "crime contre l'humanité" 
selon lui, entretenant le tollé à son égard à droite à l'extrême 
droite. 
    Marine Le Pen a vigoureusement dénoncé jeudi les propos de 
l'ancien ministre.   
    "Y a-t-il quelque chose de plus grave, quand on veut être 
président de la République, que d'aller à l'étranger pour 
accuser le pays que l'on veut diriger de crime contre l'humanité 
?", a demandé la candidate du Front national lors d'une 
discussion avec des internautes via Facebook. "Il n'y a rien de 
plus grave." 
    "C'est la justification utilisée par les voyous de banlieue 
pour agir, lutter, combattre contre la France et tout ce qui 
représente la France et notamment, évidemment, nos forces de 
l'ordre", a-t-elle ajouté. "Nous, la France, nous l'aimons d'une 
manière inconditionnelle".  
    Le candidat de la droite, François Fillon, avait dès 
mercredi soir, lors d'un meeting de campagne, critiqué "cette 
détestation de notre Histoire, cette repentance permanente" 
qu'il a jugée "indigne d'un candidat à la présidence". 
    Les détracteurs d'Emmanuel Macron ne citent pas la deuxième 
partie de son propos tenu lors d'une interview à une chaîne de 
télévision algérienne, dans lequel il estimait qu'il ne fallait 
pas "tout balayer" du passé. 
    Dans un enregistrement vidéo destiné aux réseaux sociaux, 
l'ancien ministre de l'Economie, deuxième dans les intentions de 
vote derrière la présidente du Front national, Marine Le Pen, a 
rappelé jeudi que "l'équivalent d'une vie d'homme" s'était 
écoulé depuis la fin de la guerre d'indépendance algérienne. 
     
    "LE COURAGE DE DIRE LES CHOSES" 
    "Sommes-nous aujourd'hui condamnés à vivre à jamais dans 
l'ombre de ce traumatisme pour nos deux pays ? Il est temps de 
clôturer ce deuil. Il faut pour cela avoir le courage de dire 
les choses et de ne céder à aucune simplification", a-t-il dit. 
    Il estime dans cet enregistrement que la colonisation a 
"entraîné la négation du peuple algérien" et "produit une guerre 
qui n'était pas digne de la France, parce que des actes 
inhumains, de la barbarie, de la torture ont été commis". 
     Il assure cependant les anciens combattants que ses propos 
à la télévision algérienne ne les visaient pas mais entendaient 
reconnaître une "responsabilité de l'Etat français". 
    Emmanuel Macron ajoute que la colonisation a également 
"introduit une modernité par effraction" en Algérie, à laquelle 
"des dizaines de milliers d'instituteurs, de médecins, de 
fermiers ont beaucoup donné".  
    A la veille d'un déplacement dans le sud-est de la France, 
il adresse un message aux nombreux descendants de rapatriés 
d'Algérie, les "pied-noirs", et "harkis", qui combattirent du 
côté de l'armée française, vivant dans cette région. 
    "Les pieds-noirs ont été les victimes de la politique 
algérienne de la France avant comme après la guerre", dit-il.  
    Quant aux harkis, ils ont été "les victimes de la trahison 
de l'Etat français", qui les a abandonnés comme il a abandonné, 
plus récemment, ses interprètes afghans. 
    L'ancien ministre de François Hollande souhaite que la 
France et l'Algérie cessent de se renvoyer leur passé à la 
figure et construisent une "relation nouvelle, qui n'enlève rien 
à la mémoire de chacun, qui reconnaît (...) les douleurs de tous 
mais qui (...) les dépasse pour regarder vers l'avant".  
    "Il est temps de laisser le passé passer. Sans repentance 
(...) mais sans refoulé", insiste Emmanuel Macron. 
 
 (Emmanuel Jarry, avec Elizabeth Pineau, édité par Yves 
Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.