1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

FRANCE 2017-Les "affaires" glissent sur Marine Le Pen-Chercheurs

Reuters27/02/2017 à 15:46
    * Des chercheurs doutent que les affaires atteignent Marine 
Le Pen 
    * Il ne s'agit pas d'enrichissement personnel 
    * Les sympathisants FN habitués au discours de victimisation 
 
    par Gérard Bon 
    PARIS, 27 février (Reuters) - Les "affaires" visant Marine 
Le Pen semblent avoir peu d'effet sur ses électeurs, qui la 
perçoivent comme une sorte de Robin des Bois faisant un pied de 
nez à l'Europe et au système, estiment des chercheurs associés à 
la Fondation Jean-Jaurès.  
    La candidate du Front national à la présidentielle est 
toujours en tête des intentions de vote au premier tour en dépit 
d'une accélération des enquêtes sur le financement de ses 
campagnes électorales.     
    La justice française soupçonne en outre le parti d'extrême 
droite d'avoir mis en place un système pour que le Parlement 
européen prenne en charge, via des contrats d'assistants 
parlementaires, des salaires de cadres du mouvement en France. 
    Ces dossiers judiciaires ne semblent cependant pas perçus 
comme de l'enrichissement personnel, contrairement à ceux 
ciblant son adversaire de droite François Fillon pour des 
soupçons d'emplois fictifs touchant ses proches. 
    "La particularité des affaires judiciaires qui touchent 
Marine Le Pen et le Front national fait qu'elles ne constituent 
pas des enrichissements personnels, alors que François Fillon, 
c'est sa famille qui est directement concernée", explique Cécile 
Alduy, chercheur associé au Cevipof à Sciences Po. 
    "Marine Le Pen, c'est Robin des Bois, qui prend à l'Europe 
pour les ramener en France", avance Joël Gombin, doctorant à 
l'université de Picardie. 
    Les études d'opinion montrent que la présidente du FN 
dispose d'un socle électoral d'une très grande stabilité et même 
d'une marge de progression, en particulier chez les jeunes.  
    Cécile Alduy doute que les enquêtes judiciaires sur le FN 
puissent dissuader de nouveaux électeurs jusqu'alors hésitants 
de se tourner vers Marine Le Pen, qui a l'avantage d'apparaître 
vierge de l'exercice du pouvoir.   
    "Quand on est anti-Europe, et qu'on se dit 'le parti pour 
lequel on vote a réussi à trouver une combine pour récupérer 
l'argent de l'Europe, qui de toute façon est notre argent, pour 
se financer,  est-ce que c'est totalement rédhibitoire ? Je n'en 
suis pas sûre", dit-elle. 
     
    "STRATÉGIE VOUÉE A L'ECHEC" 
    La première motivation du vote Le Pen dans les enquêtes 
d'opinion n'est "ni la probité de ce parti, ni même le fait 
qu'il soit hors système, ni l'économie, mais l'immigration et la 
sécurité", rappelle-t-elle. 
    Des chercheurs se sont accordés lundi lors d'une conférence 
de presse à la Fondation Jean-Jaurès sur le fait que les 
sympathisants FN avaient de longue date un discours "complotiste 
et victimaire" face à de telles accusations. 
    "L'électeur du FN a déjà entendu depuis 40 ans qu'il y avait 
un acharnement médiatique et judiciaire contre le Front 
national. Du coup, ils ont déjà un prêt-à-penser pour 
interpréter ces faits", souligne Cécile Alduy. 
    Sylvain Crépon, enseignant chercheur en sciences politiques, 
note que François Fillon a essayé d'user du même registre après 
sa mise en cause dans le "Penelopegate" mais avec beaucoup moins 
d'efficacité. "Il est beaucoup plus à la peine", dit-il. 
    Pour Joël Gombin, la stratégie "qui consiste à dire : 'il 
faut jeter la poussière sur le Front national pour dissuader ses 
électeurs de voter pour eux' est absolument vouée à l'échec". 
    Cernée par les enquêtes, Marine Le Pen a refusé de se rendre 
à une convocation de la police et a attaqué dimanche les juges 
et les médias, menaçant les fonctionnaires qui participeraient 
"à de telles dérives".   
 
 (Edité par Yves Clarisse) 
 

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M1876177
    27 février16:37

    oui cest normal c est moins choquant que pour Fillon car il n y a pas d enrichissement personnel ni emploi fictif puisque les personnes ont effectué un travail même si ce n est pas pour le parlement européen

    Signaler un abus

  • mlaure13
    27 février16:11

    EXACTLY...MLP prend l'argent ou elle peut...mais pas pour enrichissement perso, contrairement à pratiquement tous les autres...;-)

    Signaler un abus

  • M1084720
    27 février16:01

    On peut aussi globaliser le coût de tout ce qui peut être sur la "border line", exemple, actuellement tous les députés et leurs art.parlem. "travaillent" à la campagne électorale alors qu'il sont rémunérés par le contribuable... pour autre chose et pourtant cela ne choque personne !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer