Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

FRANCE 2017-La relation avec Moscou divise les candidats à la présidentielle

Reuters26/03/2017 à 20:49
    * Hamon réaffirme son désaccord avec Le Pen, Fillon et 
Mélenchon sur la Russie 
    * Le Pen qualifie Poutine de "vrai homme d'Etat" 
    * Bayrou dénonce les candidats qui font "allégeance" au 
président russe 
 
    PARIS, 26 mars (Reuters) - La relation que la France doit 
entretenir avec la Russie et son président Vladimir Poutine 
divise les candidats à l'élection présidentielle française, sur 
fond de regain d'influence de Moscou lié aux conflits en Ukraine 
et en Syrie. 
    Le socialiste Benoît Hamon, qui avait exprimé son désaccord 
avec François Fillon, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, 
partisans d'un rapprochement, lors du débat télévisé entre les 
grands candidats lundi, a réaffirmé cette divergence dimanche. 
    "Je ne réserve pas mes premières visites à M. Poutine, M. 
Poutine qui veut affaiblir l'Europe", a-t-il dit sur BFMTV, deux 
jours après une rencontre entre Marine Le Pen et le président 
russe à Moscou. 
    "M. Fillon, Mme. Le Pen, un peu Jean-Luc Mélenchon aussi, 
sont fascinés par M. Poutine. Moi, je n'ai aucune fascination 
pour les régimes qui ne sont pas démocratiques, je n'ai aucune 
fascination pour ceux qui veulent aujourd'hui nous affaiblir", a 
poursuivi Benoît Hamon, dépassé cette semaine par Jean-Luc 
Mélenchon (La France insoumise) dans plusieurs sondages. 
    Après sa rencontre avec Vladimir Poutine vendredi, la 
candidate du Front national a déclaré que son premier geste à 
l'égard de la Russie, si elle est élue présidente le 7 mai, 
serait de réfléchir à une levée rapide des sanctions imposées à 
Moscou dans le cadre du conflit ukrainien.   
    Jean-Luc Mélenchon a critiqué cette visite et réfuté toute 
proximité de sa part avec Vladimir Poutine. 
    "Elle a fait une terrible erreur", a-t-il dit dimanche lors 
d'un meeting à Rennes, tout en critiquant "ceux qui m'ont 
attribué sans cesse je ne sais quelle accointance avec M. 
Poutine pour la raison que je dis depuis le début qu'il faut 
faire des Russes des partenaires quelle que soit la situation". 
    "Je n'ai pas d'amitié pour cet homme, ni d'entregent, ni de 
point commun au point d'aller en pleine élection chercher auprès 
de lui une poignée de main qui discrédite celui qui la touche 
pour la raison du contexte dans lequel on est", a-t-il ajouté. 
     
    POUTINE, "VRAI HOMME D'ETAT", DIT LE PEN  
    Marine Le Pen a quant à elle provoqué dimanche de très forts 
applaudissements lors d'un meeting à Lille en évoquant sa 
rencontre avec Vladimir Poutine, qu'elle a qualifié de "vrai 
homme d'Etat".   
    Jean-Luc Mélenchon avait estimé lundi lors du débat télévisé 
que "c'est le moment de négocier les frontières", provoquant la 
désapprobation de Benoît Hamon. "Il faut qu'on rediscute de 
toutes les frontières. Par exemple, la frontière entre la Russie 
et l'Ukraine est-elle à la fin de la Crimée ou avant ?".  
    "C'est extrêmement dangereux", avait répondu le candidat 
socialiste, en jugeant "pas acceptable" l'annexion de la Crimée 
par la Russie, tandis que François Fillon avait expliqué que 
Jean-Luc Mélenchon "a parfaitement raison". 
    "Quand monsieur Mélenchon pose la question des frontières, 
cette question doit être posée au regard du droit international 
et au regard du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes", avait 
ajouté le candidat Les Républicains. "Ce débat, on ne peut 
refuser le voir s'ouvrir" 
    François Fillon avait récemment imputé la "dérive" de la 
Russie à l'adoption des sanctions économiques contre Moscou. 
  
    Emmanuel Macron avait lui aussi exprimé lundi son 
"désaccord" avec Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc 
Mélenchon. 
    "Je ne construirai pas mon indépendance, comme vous le 
proposez Mme. Le Pen, en allant me rapprocher de M. Poutine", 
avait dit le candidat d'En Marche !, en tête des sondages pour 
le second tour de la présidentielle. 
    François Bayrou, soutien d'Emmanuel Macron, a jugé dimanche 
"inquiétant, profondément gênant et insupportable" ce qu'il a 
qualifié d'"influence" de Vladimir Poutine auprès de certains 
candidats, en évoquant Marine Le Pen et François Fillon. 
    Sur Radio J, le président du MoDem a dénoncé le fait que des 
candidats puissent "faire acte d'allégeance" au président russe. 
 
 (Jean-Baptiste Vey) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.