1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

FRANCE 2017-A Marseille, Mélenchon prône la paix et vise le second tour
Reuters09/04/2017 à 17:24

    * Plus de 70.000 personnes à Marseille selon les 
organisateurs 
    * Le candidat en pleine dynamique dans les sondages 
    * Appelle à un "châtiment électoral exemplaire" du FN 
 
    par Jean-François Rosnoblet 
    MARSEILLE, 9 avril (Reuters) - Jean-Luc Mélenchon a organisé 
dimanche une nouvelle "démonstration de force" à Marseille, en 
présence de plusieurs dizaines de milliers de personnes, pour 
rallier à lui les indécis de gauche à quinze jours du premier 
tour de la présidentielle, avec un discours axé sur la paix qui, 
espère-t-il, doit lui ouvrir les portes du second tour. 
    "Les rôles devaient être distribués et la France était 
vouée, paraît-il, à devoir choisir entre les deux extrêmes : 
l'extrême droite condamnant notre peuple multicolore à se haïr 
lui-même (...) et de l'autre côté l'extrême marchand, sorte de 
magie noire qui transforme la souffrance, la misère et l'abandon 
en or et en argent", a lancé le candidat de la France insoumise, 
visant Marine Le Pen (Front national) et Emmanuel Macron (En 
Marche!). 
    "Ca s'entend, ça se sent : la victoire est à portée de nos 
efforts", a estimé l'eurodéputé, évoquant une "incroyable et 
magnifique démonstration de force" qui a attiré, selon les 
organisateurs, quelque 70.000 personnes sur le Vieux-Port de 
Marseille.  
    Galvanisé par sa marche pour une VIe République du 18 mars 
et par plusieurs enquêtes d'opinion récentes qui le donnent à un 
souffle de François Fillon, Jean-Luc Mélenchon a choisi le thème 
de la paix pour nourrir une dynamique qui, semble-t-il, a réussi 
à capter l'attention d'une opinion déboussolée. 
    "Il est temps par dessus tout de mettre un terme aux guerres 
qui ravagent les pays", a-t-il dit, quelques jours seulement 
après une attaque au gaz imputée au régime syrien qui été suivie 
d'une riposte militaire américaine.  
    "Dans la confusion, personne ne sait à cette heure qui  
utilise (les armes chimique-NDLR). Qui que ce soit, ce sont des 
criminels et nous voulons qu'ils soient condamnés", a souligné 
l'eurodéputé. "Cette intervention est irresponsable, elle ne 
mène à rien et ne fait qu'aggraver les tensions et les 
surenchères guerrières".  
    "Si vous voulez la paix, ne vous trompez pas de bulletin de 
vote", a lancé le candidat qui souhaite faire sortir la France 
de l'Otan et qui exclut à l'avenir une participation de la 
France à toute alliance militaire, hors opération de maintien de 
la paix de l'Onu.  
     
    "CHÂTIMENT ÉLECTORAL EXEMPLAIRE" 
    Au niveau national, Jean-Luc Mélenchon a fustigé la gestion 
du dossier des chantiers navals de Saint-Nazaire par le 
gouvernement incapable "de mettre la main à la poche pour 
acheter les actions qui sont disponibles" et a appelé à infliger 
un "châtiment électoral exemplaire" pour ceux qui "nous poussent 
à nous haïr", dans une allusion au FN.  
    A deux semaines du premier tour, le co-fondateur du Parti de 
gauche entend désormais accélérer le rythme de cette campagne, 
qui dans les sondages reste dominée par le duo Marine Le Pen - 
Emmanuel Macron, mais où le candidat de la droite et du centre, 
François Fillon, semble désormais à sa portée. 
    Deux mois après son meeting hologramme du 5 février à Lyon 
qui avait fait sensation, le candidat tiendra un meeting le 18 
avril à Dijon qui sera cette fois-ci doublé, toujours par 
hologramme, dans six autres villes (Nantes, Clermont-Ferrand, 
Montpellier, Grenoble, Nancy et Le Port à la Réunion).      
    "Nous pouvons encore écrire l'histoire et modifier le 
scénario que certains aimeraient écrit à l'avance, nous pouvons 
gagner", estime une militante d'une cinquantaine d'années, déjà 
présente en 2012 lors du meeting de Mélenchon qui avait réuni 
près de 80.000 personnes sur les plages de Marseille.  
    En 2012 pourtant, ses meetings à succès et ses bons scores 
dans les sondages n'avaient pas empêché Jean-Luc Mélenchon de 
finir sur un score de 11%, nombre d'électeurs ayant finalement 
voté pour François Hollande.  
    Le premier tour de l'élection présidentielle est prévu le 23 
avril, le second le 7 mai. 
 
 (Edité par Marine Pennetier) 
 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M2949628
    09 avril17:30

    Mélenchon, c'est le communisme, sans le nom !!! Souvenez-vous, l'admirateur de Castro et de Chavez....

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer