1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fracture numérique : le Défenseur des droits alerte sur l'accès aux services publics
Le Parisien16/01/2019 à 22:59

Fracture numérique : le Défenseur des droits alerte sur l'accès aux services publics

Le Défenseur des droits alerte sur la fracture numérique visant l'accès aux services publics. Dans un rapport dévoilé jeudi, l'instance indépendante met en garde contre une dématérialisation à « marche forcée » des services publics et certaines « dérives » dans le passage progressif au tout numérique.Ce texte pointe ainsi le retard dans la mise en œuvre du plan gouvernemental qui prévoit le passage de l'intégralité des services publics sur Internet à l'horizon 2022. « Cet objectif ne sera pas atteint si l'ambition [...] se résume à pallier la disparition des services publics sur certains territoires et à privilégier une approche budgétaire », tacle ainsi M. Toubon.On apprend dans ce rapport qu'environ 500 000 Français n'ont « simplement pas accès » à Internet chez eux. Plus généralement, 13 millions de personnes sont « éloignées du numérique », dont 6,7 millions qui ne se connectent « jamais » à Internet. Un chiffre particulièrement important en comparaison des 20 millions de foyers fiscaux qui ont déclaré leurs revenus en ligne. Les non-diplômés, les personnes âgées, les détenus et les sans-abri sont les plus touchés par ces inégalités. LIRE AUSSI > Quand la fracture numérique touche les demandeurs d'emploiDes situations kafkaïennesIl évoque par exemple la « fracture numérique » particulièrement évidente dans les 541 communes classées en « zone blanche » et donc dépourvues de toute connexion à Internet. Le Défenseur des droits prend ainsi l'exemple d'un homme radié de Pôle emploi après deux rendez-vous manqués avec son conseiller. « Or, Monsieur X. réside dans un secteur qualifié de "zone blanche" et n'a jamais reçu à temps les mails de convocation et les SMS sur son téléphone portable ».De fait, dans un pays où l'on consacre 1h50 par mois aux démarches administratives, comment franchir le cap lorsqu'on n'a pas d'ordinateur (comme 19 % des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer