1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Formule 1 : sur les traces de Pierre Gasly

Le Parisien14/04/2018 à 18:59

Formule 1 : sur les traces de Pierre Gasly

« C'est ici que tout a commencé... » Perché sur la passerelle des stands, Claude Wallecan, ancien président de l'ASK Rouen 76, désigne avec fierté le circuit de karting Lucien Lebret, à Anneville-Ambourville (Seine-Maritime). Quelques centaines de mètres de bitume usés par la gomme où le jeune pilote de F 1 Pierre Gasly, 22 printemps au compteur et magnifique quatrième du dernier Grand Prix de Bahreïn, a fait ses premiers tours de roue il y a près de seize ans...« A l'époque, il n'avait pas encore l'autorisation de rouler sur la piste car il avait moins de sept ans, se souvient Jean-Charles Dumont, le successeur de Wallecan. Alors, il venait avec ses parents sur le coup de midi quand il n'y avait personne et faisait du mini-kart. Il était tout le temps là ! » Il faut dire que l'essence coule dans les veines de la famille Gasly. Le grand-père Jean, la grand-mère Evelyne et le père Jean-Jacques ont tous été des champions de karting...« Son père a arrêté la compétition juste avant qu'il naisse, sourit Pascale, sa maman. Donc, j'étais sur les pistes enceinte. Et à la maison, on avait déjà quatre garçons. Le week-end, c'était la F 1, la moto, etc... C'est notre façon de vivre, on est des passionnés. Lorsqu'il a fait ses premiers essais, ses pieds touchaient à peine les pédales. On avait dû courir derrière lui pour le rattraper parce qu'il ne pouvait pas freiner ! » Mais le petit garçon apprend vite. Très vite. Et trace déjà sa destinée.« Dès ses deux ans, je savais qu'il était différent de mes autres fils, poursuit sa mère. J'étais même un peu inquiète parce qu'il est venu plus tard que les autres et je me disais qu'il avait sûrement des tares (rire). Quand je rentrais dans sa classe, je savais immédiatement où était son dessin. Tous les autres mettaient des gommettes de couleur plein la feuille et lui il les alignait tout autour. Tout était toujours cadré. Ce n'était pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer