1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Football : les Bleus avaient la tête ailleurs

Le Point18/11/2015 à 07:09

L'avant-match a été marqué par une cérémonie protocolaire remplie d'émotion à Wembley.

Loin de l'esprit festif et taquin qui entoure d'ordinaire un match de football entre la France et l'Angleterre, cette soirée de mardi aura eu le mérite de mettre en lumière l'esprit de fraternité qui peut exister entre deux pays voisins. Sur la route de l'Euro 2016, et alors que ce match devait constituer une répétition générale face à un adversaire irréprochable en qualifications (10 victoires en 10 journées), les Bleus n'ont pas été capables de faire fi du contexte qui les entoure depuis maintenant quelques jours. Les hommes de Didier Deschamps se sont inclinés (0-2), pour ce qui devrait être l'une des défaites les plus « excusables » de son histoire.

Fraternité

Mais comment ne pas reléguer au rang d'anecdotique le contenu des 90 minutes entre deux nations pourtant focalisées sur un Euro qui débutera dans 7 mois ? Plus que cette heure et demie de jeu, ce sont les 10 minutes qui ont précédé le coup d'envoi qui marqueront d'une pierre blanche ce « crunch » entre l'Angleterre et la France.

Le protocole d'avant-match a été bousculé et empreint d'une grande solennité. Dans le tunnel qui mène à la pelouse, peu de sourires, mais beaucoup d'accolades entre les joueurs des deux équipes. Il faut dire que bon nombre des Français titulaires au coup d'envoi jouent (Lloris, Sagna, Koscielny, Schneiderlin, Cabaye, Martial) ou ont joué (Ben Arfa) en Premier League.

Une fois en place pour les hymnes ? les 22...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer