1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Football : France-Bulgarie, la cicatrice demeure

Le Point07/10/2016 à 06:43

Éric Cantona et les Bleus avaient manqué le Mondial 94 à la suite du revers contre la Bulgarie.

C'était il y a plus de deux décennies. Et pourtant, il n'y a qu'à voir, lire, parcourir la presse française pour mesurer à quel point ce match entre la France et la Bulgarie continue de hanter le souvenir collectif. Ce 17 novembre 1993 est marqué d'une pierre blanche dans l'histoire du football français. Ce soir-là, les Bleus n'avaient besoin que d'un nul pour décrocher leur ticket pour le mondial américain de 1994. Mais ils ont fini par s'incliner au Parc des princes (1-2) sur un but d'Emil Kostadinov à la dernière minute, après avoir pourtant mené 1-0 grâce au dernier but en bleu d'Éric Cantona sur le sol français.

Acte fondateur

Que reste-t-il aujourd'hui de ce funeste souvenir ? Et si, finalement, à l'image de bien d'autres composantes de la société française, il avait fallu un raz-de-marée pour faire évoluer les choses ? La leçon semble en tout cas avoir été assimilée par le foot tricolore. Depuis ce soir de novembre 1993, l'équipe de France a participé à toutes les phases finales des grandes compétitions internationales. Certes, elle s'est fait peur en de multiples reprises, devant passer par les barrages en 2009 et 2013, et s'en remettant au retour de Zidane, Thuram et Makelele pour passer in extremis en 2005. Mais elle s'est toujours tirée d'affaire. France-Bulgarie, un acte fondateur donc.

Didier Deschamps était sur le terrain lors de ce France-Bulgarie. Pas encore avec le brassard de...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer