1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Football - Dortmund : le terrorisme a-t-il influencé le résultat du match ?

Le Point13/04/2017 à 16:55

Les joueurs du BVB n'avaient pas l'état d'esprit pour jouer un match de football.

Fallait-il jouer ce match ? Les tenants du « show must go on » ou du réalisme lié à un calendrier surchargé répondent par l'affirmative. Les autres arguent que l'équipe allemande n'était pas prête à jouer 24 heures après que trois explosions ont touché leur bus. Le Borussia Dortmund s'est incliné contre l'AS Monaco (3-2) et à peine le match terminé, une polémique éclatait : était-il judicieux de programmer cette rencontre aussi importante ? un quart de finale d'une Ligue des champions ? au lendemain d'un événement aussi traumatisant (le défenseur Marc Bartra a été blessé au bras et ne pouvait être aligné) ?

Demeurés aptes sur le plan physique, malgré l'attentat, à disputer ce match, les joueurs pouvaient s'aligner au Signal Iduna Park. Leur traumatisme ne vaut pas grand-chose juridiquement au regard de leurs obligations contractuelles. Ils sont payés pour jouer. Alors ils joueront. Et ils ont joué. Le monde pourrait s'écrouler, ils devraient chausser tout de même leurs crampons.

Seul l'ordre public fait plier l'UEFA

Mardi soir, ce n'est pas par bonté d'âme que l'UEFA a accordé une journée supplémentaire aux joueurs de Dortmund pour préparer ce quart de finale aller. L'implacable institution européenne s'est heurtée à un dogme encore plus rigide qu'elle : la sécurité publique. Malgré les droits TV mirifiques, les contrats de sponsoring faramineux et le...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer