1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Football : Bernard Tapie juge sévèrement l'OM

Le Point20/03/2016 à 13:23

Bernard Tapie a toujours un avis sur l'OM. Image d'illustration.

C'est une voix qui porte toujours autant auprès des médias. Mais qui résonne aussi chez les supporters. Quand Bernard Tapie parle de l'Olympique de Marseille, on l'écoute. L'ancien président du club, qui a ramené de nombreux titres nationaux et le Graal européen en 1993, juge ce dimanche dans Le Parisien la saison pour l'instant décevante des Marseillais, sévèrement battus par Rennes vendredi.

"Je n'ai pas ressenti de colère. La colère est un sentiment logique quand il y a de la mauvaise volonté, pas de désir collectif d'y arriver. Là, ce n'est pas le cas, tout le monde le veut, les dirigeants, l'entraîneur, et aussi les joueurs, même si j'ai vu des positionnements qui m'interpellent", explique-t-il. C'est cette attitude qui est reprochée aux joueurs par les supporters. La pression est-elle trop forte pour les footballeurs ? "S'ils n'ont pas la carrure pour Marseille, il ne faut pas venir. J'ai vu des mecs à la grande époque se chier dessus dès leur premier match. Je les ai retirés de l'équipe, c'est fini, voilà".

Tapie ne ferait pas pire

L'homme d'affaires en profite pour tacler le président actuel de l'OM, Vincent Labrune et la propriétaire, Margarita Louis-Dreyfus. "À force de prendre tout le monde pour des cons (sic), quand vous traversez un passage difficile, vous n'avez plus grand monde à vos côtés. Un peu moins de suffisance et un peu plus d'introspection de la part de chacun...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer